Alaafin d’Oyo enterré à Baara

Précisions de Olubunmi Osoteku, Ibadan

0 121

Les dépouilles de feu 45e Alaafin d’Oyo, Oba Lamidi Adeyemi III, qui a régné pendant 52 ans, ont été remis à la terre samedi soir à Bara, à 5 minutes de route du palais.

Une source a révélé que la culture de l’enterrement des Aláàfins à Bara a commencé à Oyo Igboho, où quatre Alaafins ont régné.

Les dépouilles de l’Alaafin, décédé vendredi à l’hôpital universitaire Afe Babalola d’Ado-Ekiti, à l’âge de 83 ans, ont été transportées à Oyo Town très tôt samedi et ont été accueillies à Idi-Igba par son fils aîné, le Prince Babatunde, un avocat, et ses frères et sœurs.

On a appris que l’inhumation a eu lieu peu de temps après que les rites traditionnels aient été accomplis sur les dépouilles par des traditionalistes.

Bien que des religieux islamiques, menés par l’imam en chef du pays d’Oyo, Sheikh Mos’ud Ajokidero, et des membres de la communauté musulmane aient offert des prières islamiques sur le corps dans l’après-midi, les dépouilles du monarque ont été conduites et conservées dans la chambre intérieure du palais jusqu’à environ 21 heures, heure à laquelle les traditionalistes ont pris en charge les procédures.

Les dépouilles ont ensuite été transportées dans une salle par les traditionalistes, apparemment pour assurer à la population qu’elles n’avaient pas été enterrées auparavant.

Il a été observé qu’auparavant, les religieux islamiques et les membres de la famille Sarumi avaient déplacé le matériel de bain dans l’avant-cour d’Aganju où le corps a été soumis à un bain rituel islamique en présence du premier fils de l’Alaafin, le Prince Babatunde, et de certains de ses frères et sœurs.

Bien qu’une rumeur ait couru selon laquelle le défunt Alaafin serait enterré à 16 heures, malgré le fait que le clerc islamique ait offert la prière du Janazat vers midi, les traditionalistes, en particulier les adeptes du Sango, ont été vus en train d’assurer à la population que les rites traditionnels habituels suivraient leur cours, en raison du caractère sacré du monarque défunt.

L’un des enfants du défunt monarque et membre de la Chambre des représentants (circonscription fédérale d’Oyo), le prince Akeem Adeyemi, qui s’est entretenu avec des journalistes au palais, a décrit son père comme un monarque irremplaçable qui a vécu et est mort pour la paix, l’harmonie et le développement de la ville d’Oyo.

Selon lui : “Alaafin a vécu sa vie comme un traditionaliste convaincu. C’est un homme de principes ; il est courageux. Le cœur de la tradition du Yorubaland est primordial pour lui. Il a vécu et est mort pour la culture, la tradition et la religion yoruba. C’est un homme de paix.

“C’est un homme qui a donné à Oyo son véritable nom. C’est un homme qui a vraiment représenté la culture et la tradition de la terre des Yoruba. C’est un homme qui est un symbole de la tradition yoruba. Un homme plein de sagesse, un homme qui est véritablement un monarque dans le système yoruba, un homme qui est l’incarnation de la sagesse. Il est parti”, a déploré le Prince Adeyemi.

Le législateur a révélé que l’héritage qu’Alaafin a laissé derrière lui est de défendre la race Yoruba partout, de dire la vérité à tout moment, quel que soit le bœuf qui est encorné et d’avoir des principes au service de l’humanité, notant qu’en tant que roi, le monarque aimait son peuple et n’explorerait aucune question économique qui pourrait nuire à ses sujets.

Un ancien président de la zone de gouvernement local d’Oyo West et “fils” d’Alaafin, l’honorable Soji Ojoawo, a décrit la disparition de l’Alaafin comme une perte personnelle pour lui, car il a vécu ces trente dernières années avec le monarque et a le privilège d’être l’un de ceux qui l’ont vu en dernier.

Ojoawo a déclaré : “J’étais avec lui à Ado Ekiti où il s’est rendu pour un contrôle. Nous l’avons emmené en vie mais nous l’avons ramené mort. Je suis la personne la plus triste parce qu’il est mort alors que beaucoup de promesses n’avaient pas encore été tenues. Mais je crois qu’avec sa disparition, nous allons continuer à avancer ; nous allons essayer de conserver son héritage, sa passion et ce en quoi il croyait.”

“Il était comme la dernière personne de l’ancienne brigade de sa génération. Nous sommes membres de la nouvelle brigade et nous ne pouvons donc pas comparer notre époque et notre style au sien. Nous sommes une nouvelle brigade et nous ne pouvons plus avoir quelqu’un comme lui. Il est la fin d’une époque, la fin d’une race”, a-t-il regretté.

Une source familiale a révélé que les détails de l’enterrement final seraient communiqués plus tard, alors que les enfants du défunt monarque et toutes les parties prenantes concernées commenceraient une série de réunions sur la prochaine étape à prendre.

Leave A Reply

Your email address will not be published.