Violence sexiste : une ministre appelle à un examen mental obligatoire

Propos recueillis par Modupe Odegbade

0 96

La ministre nigériane de la Condition féminine a demandé un test psychiatrique obligatoire dans le cadre des conditions de mariage dans le pays.

La ministre des Affaires féminines, Pauline Tallen, a lancé cet appel à Abuja, la capitale du pays, lors d’une conférence de presse sur l’augmentation des cas de violence sexiste (VSS).

Selon elle, l’augmentation alarmante des violences sexistes observée ces dernières semaines est un véritable sujet de préoccupation et appelle à une action urgente.

“Plusieurs cas sont signalés quotidiennement au Nord et au Sud, à l’Est et à l’Ouest, et il est nécessaire que nous rappelions aux masses qu’une procédure régulière est en place pour traiter chacun de ces cas.

“Nous ne pouvons plus rester silencieux et regarder notre société dégénérer à un niveau où la violence liée au sexe est pratiquée en toute impunité.

“Notre société doit évoluer avec les réalités du temps car nous ne pouvons plus tolérer la méchanceté, la cupidité, l’envie et les actes malveillants sous le couvert de la culture.”

Elle a donc appelé tous les dirigeants de la société à faire preuve de plus de sensibilité dans la manière dont ils exercent leurs activités et utilisent les pouvoirs qui leur sont conférés.

Mme Tallen a également appelé les gouverneurs et les commissaires à la condition féminine de tous les États touchés par la violence sexiste à accorder à ces cas l’attention qu’ils méritent.

Tout en appelant les institutions traditionnelles et religieuses à contribuer à cette mission, elle a ajouté que les groupes de femmes dans la société ont un grand rôle à jouer pour mettre fin à la violence sexiste.

Elle a ajouté que le ministère des affaires féminines reste “concentré et résolu à faire en sorte que les auteurs de violences subissent tout le poids des lois qui régissent notre cher pays”.

Rappelons que le 8 avril 2022, une musicienne gospel nigériane, Osinachi Nwachukwu, devenue populaire grâce à sa chanson à succès, ‘‘Ekweme”, a été déclarée morte.

La défunte Osinachi Nwachukwu
La ministre des Affaires féminines a ensuite rendu une visite de condoléances à la famille et a découvert que : “Lorsque je suis entrée dans l’enceinte, j’ai vu les enfants, quatre beaux enfants, trois garçons et une fille. Il (Peter) avait dit aux enfants qu’ils ne devaient pas parler des choses qui se passaient dans la maison.

“J’ai d’abord parlé avec le premier fils, je lui ai dit que le président était concerné, que tous les Nigérians étaient concernés, que nous nous joignions tous à eux pour pleurer la mort d’Osinachi, mais que ce que nous voulions de lui, c’était la vérité.

“Puis il a parlé… Il a dit que leur père avait l’habitude de battre leur mère et que celle-ci était toujours triste. Il la battait et la fouettait. Il a dit que leur père les rassemblait dans la pièce et les battait et que si la mère entrait dans la pièce pour l’arrêter, il se retournait contre elle et la battait. Et cela a toujours été le problème.

“Ils ont dit que c’était leur mère qui se baladait avec sa musique gospel, qui revenait avec son argent, en fait, si l’argent était versé sur un compte bancaire, il était versé sur son compte. Elle n’a pas de compte à elle, tout l’argent qu’elle a, il le collecte et lui donne juste des cacahuètes pour se nourrir. Et leur mère vivait dans la peur et était toujours triste”.

La ministre a déclaré qu’il fallait dire aux auteurs de violences que le Nigeria est une société de zéro tolérance à l’égard de la violence envers les femmes.

Elle a également appelé les mères à transformer leurs enfants de sexe masculin pour qu’ils deviennent de meilleurs adultes capables d’assumer des responsabilités conjugales sans se sentir en danger.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.