La bonne nutrition s’avère bénéfique et réalisable pour tous les Nigérians selon l’UNICEF

0 126

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance affirme qu’une bonne nutrition s’avère bénéfique et réalisable pour tous les Nigérians.

Cette affirmation a été faite par la responsable de la nutrition de l’UNICEF, Nkeiruka Enwelum, jeudi à Enugu, lors d’un dialogue de deux jours avec les médias sur le thème “Les objectifs de développement durable en tant que droits de l’enfant”, alors qu’il présentait un document sur “La situation de la malnutrition des enfants au Nigeria : Aperçu général”.

Selon elle, les avantages d’une bonne nutrition comprennent, entre autres, l’augmentation de la participation scolaire d’un an, l’augmentation des salaires des adultes de 5 à 50 %.

Elle a ajouté que les conséquences de la malnutrition comprennent un développement cérébral altéré et un quotient intellectuel (QI) plus faible, un faible poids à la naissance, un système immunitaire affaibli entraînant une augmentation des maladies infectieuses et des décès prématurés.

Elle a ainsi poursuivi qu’environ 45 % des décès d’enfants sont liés à une mauvaise nutrition, qui se produit principalement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Mme Enwelum pense aussi que les formes de malnutrition chez les enfants comprennent l’émaciation, le retard de croissance et l’insuffisance pondérale, tandis que l’insuffisance pondérale et le surpoids sont des formes visibles chez les adultes.

La malnutrition, a-t-elle ajouté, devait être évitée à tout prix par la fourniture et la consommation de toutes les catégories d’aliments.

D’après elle, l’absence de prévention et de traitement de la malnutrition pouvait avoir des répercussions à long terme sur la cognition et la croissance, ainsi qu’une perte de revenus pour les ménages et jusqu’à 15 % de perte de produit intérieur brut pour le Nigeria.

Dans sa présentation sur ” Les ODD en tant que droits de l’enfant “, Dr Chidi Ezinwa, du département de la communication de masse de l’Université des sciences et technologies dans l’État d’Enugu, a révélé que le Nigeria était classé 160e sur l’indice mondial des ODD 2020, contre 159e en 2019.

Selon lui, les ODD ne peuvent être réalisés sans que les droits des enfants soient respectés.

Les ODD sont donc des droits à réaliser.

“L’indice des ODD ci-dessus montre que de nombreux droits des enfants ne sont pas encore réalisés au Nigeria. Le Nigeria est donc loin de réaliser les ODD”, a-t-il regretté.

Il a insisté sur le fait que plusieurs droits des enfants sont intégrés dans les ODD, notant qu’il n’y aurait pas de progrès sans leur réalisation.

Dans son adresse, il a précisé que les enfants ne sont pas seulement des objets qui appartiennent à leurs parents et pour lesquels des décisions sont prises ou des adultes en formation.

Uche Anune, coordinateur de la formation à la News Agency of Nigeria, a souligné que les médias avaient un rôle important à jouer pour garantir la réalisation des objectifs, notamment en ce qui concerne les enfants.

Il a demandé aux professionnels des médias de rédiger des sujets pertinents de manière aussi rafraîchissante que possible.

“Heureusement, la loi sur les droits de l’enfant nous offre un large éventail de sujets et pratiquement immortels : l’éducation des filles, l’assainissement, la santé, l’accès à l’eau potable et l’environnement, entre autres.

“Ce sont des défis auxquels nous sommes confrontés quotidiennement et les nouvelles de ces secteurs resteront vivantes tant que ces défis persisteront.

“Il nous incombe à nous, journalistes, d’utiliser nos compétences et nos outils professionnels pour faire progresser les droits de l’enfant en incitant les parties prenantes concernées à prendre des mesures pour sauvegarder ces droits”, a-t-il précisé.

La loi sur les droits de l’enfant (2003) définit les enfants comme des personnes âgées de moins de 18 ans.

Les 17 ODD portent sur la pauvreté, l’innovation industrielle et les infrastructures, la faim zéro, la santé et le bien-être, l’éducation de qualité, l’égalité des sexes et l’eau potable.

D’autres concernent l’assainissement, la production et la consommation responsables, la paix et la justice, les institutions fortes, l’action climatique, l’énergie propre et abordable, le travail décent et la croissance économique, et la réduction des inégalités, entre autres.

Leave A Reply

Your email address will not be published.