Lutte contre l’insécurité : le leader nigérian sollicite le soutien des chefs religieux et traditionnels

Timothy Choji nous rapporte les faits depuis Abuja, la capitale

0 96

Selon le président Muhammadu Buhari, aucun gouvernement responsable ne peut ignorer le rôle des chefs religieux et traditionnels dans la lutte contre l’insécurité dans le pays.

S’exprimant lors d’un dîner Iftar avec les chefs religieux et traditionnels jeudi à la State House, à Abuja, le Président a révélé que son administration continuerait à compter sur de précieux conseils et orientations des membres de ces institutions vénérées pour améliorer les défis actuels en matière de sécurité dans le pays.

Action collective

Le président a fait remarquer que faire avancer le Nigeria reste une responsabilité collective, exhortant les dirigeants à tous les niveaux à contribuer de manière significative à faire du pays un endroit meilleur.

“Aujourd’hui, l’insécurité est l’un des plus grands défis auxquels est confrontée l’existence du Nigeria. Cette administration a investi plus de ressources que toute autre pour lutter contre l’insécurité.

“Nous avons acquis des équipements de pointe pour nos forces armées et la police afin de renforcer leur capacité à faire face au terrorisme et au banditisme. Nous avons alloué des crédits budgétaires suffisants à la sécurité.

“Tout ce que les agences de sécurité demandent, je le mets immédiatement à leur disposition”, a révélé le Président. “Mais l’insécurité est un phénomène mondial. Le remède et la réponse est que toutes les sections de la société fassent leur part et affrontent les criminels de front.

“Le succès de nos forces armées et des autres forces de sécurité dépend également des renseignements sur les activités des bandits et des terroristes.

“Ceux qui aident et soutiennent les terroristes contribuent à détruire leurs propres communautés.

“Nos chefs traditionnels et religieux ont un rôle clé à jouer pour améliorer la collecte de renseignements sur les mouvements et les activités des criminels dans leur domaine”, a insisté le Président.

Notant que les défis auxquels le pays est confronté sont surmontables, le Président a raconté que lorsque cette administration est entrée en fonction en 2015, les gouvernements locaux occupés et contrôlés par des terroristes insurgés ont été récupérés grâce aux efforts déterminés du gouvernement et à la coopération des dirigeants locaux.

“Un effort similaire est maintenant nécessaire pour que toutes les localités travaillent en pleine coopération avec les agents de sécurité et Insha Allah, nous verrons bientôt le dos de ce problème”, a-t-il souligné.

Oba Adeyeye Enitan Ogunwusi, Ooni d’Ife, a salué la réponse opportune de l’administration Buhari dans la réduction de la propagation de la pandémie COVID-19, notant qu’il est symbolique que lorsque le pays regarde à l’intérieur, il peut surmonter beaucoup de ses défis.

“Monsieur le Président, je vous remercie de nous avoir invités à l’Iftar. Je me souviens très bien que l’année dernière, nous n’avons pas pu nous réunir pour rompre le jeûne du Ramadan à cause de la pandémie de COVID-19 et nous prions pour que cela ne se reproduise plus jamais”.

Unité et diversité

L’Ooni d’Ife a exhorté les Nigérians à profiter du mois sacré du Ramadan pour toujours rechercher l’unité et célébrer la force de la diversité du Nigeria.

“Nous avons tellement de choses positives à célébrer dans notre pays. Oui, il y a des défis, mais regardons davantage nos forces que nos faiblesses”, a-t-il ajouté.

M. Joseph Daramola, secrétaire général de l’Association chrétienne du Nigeria (CAN), a rappelé qu’il croyait que “Dieu est à l’œuvre au Nigeria”, notant qu’il y avait des leçons spirituelles à tirer sur la construction de la nation à partir du mois sacré musulman du Ramadan et de la période de carême chrétienne qui vient de se terminer par la célébration de Pâques.

Leave A Reply

Your email address will not be published.