Le ministre nigérian du pétrole et le directeur général de la NNPC convoqués par la Commission adhoc du parlement

Détails avec Lawan Hamidu, Abuja

0 75

La commission ad hoc de la Chambre des représentants chargée d’enquêter sur le statut des raffineries nigérianes a menacé de lancer un mandat d’arrêt à l’encontre du ministre d’État au pétrole, qui n’a pas répondu à l’invitation de la commission.

La liste des autres responsables qui ont décliné l’invitation et qui ont été menacés par les législateurs comprend le directeur général de la Nigerian National Petroleum Corporation NNPC et les directeurs des raffineries de Warri, Port Harcourt et Kaduna.

Les cinq responsables ont été invités à expliquer pourquoi les raffineries ne fonctionnaient pas malgré les énormes sommes d’argent dépensées pour les réparer.

Le président de la commission, AbdulGaniyu Johnson, a révélé aux correspondants de l’Assemblée nationale que le fait que les invités n’aient pas honoré leur invitation pour la troisième fois était un manque de respect envers la commission et l’Assemblée nationale en tant qu’institution.

Selo lui : “Nous sommes contraints de faire ce communiqué de presse en raison du refus continu et du mépris flagrant du directeur général de la NNPC, du ministre d’État aux ressources pétrolières et des directeurs généraux des raffineries de Port Harcourt, Warri et Kaduna à l’égard des invitations à comparaître devant la commission. Nous considérons ce refus persistant et cette négligence à se présenter devant la commission comme un manque de respect envers les dirigeants de l’Assemblée nationale de la République fédérale du Nigeria.

Ce comité a le mandat de la Chambre des représentants et la responsabilité constitutionnelle de demander des comptes à ceux qui sont en position de gérer nos ressources.

Il est inquiétant que le directeur général de la NNPC, le ministre d’État chargé des ressources pétrolières et les directeurs généraux des raffineries de Port Harcourt, Warri et Kaduna aient refusé à trois reprises de se présenter devant la commission pour rendre compte des milliards de dollars dépensés pour la réhabilitation des raffineries au fil des années”.

Les membres de la commission ont exprimé leur consternation face à la non-parution des invités, affirmant qu’une telle action indique qu’ils cachent des choses aux Nigérians.

La commission a ensuite décidé de convoquer les quatre principaux responsables du pétrole et du gaz la semaine prochaine, faute de quoi des mesures constitutionnelles seront prises à leur encontre.

Trois milliards sept cent millions de dollars américains, soit environ sept mille milliards de nairas, ont été dépensés pour la réparation des trois raffineries de Warri, Port Harcourt et Kaduna, mais le Nigeria continue d’importer des produits pétroliers raffinés pour son usage domestique.

Le Comité a révélé que la NNPC a récemment attribué des contrats pour la réhabilitation des raffineries dans les sommes suivantes :

Warri Refinery and Petro-Chemical Company 900 millions de dollars

Port Harcourt Refinery Company 1,5 milliard de dollars

Kaduna Refinery and Petro-Chemical Company 1,3 milliard de dollars

Leave A Reply

Your email address will not be published.