L’État de Gombe s’associe à une ONG pour améliorer la santé maternelle et infantile

0 36

Une organisation non gouvernementale, Legislative Initiative for Sustainable Development (LISDEL), est prête à collaborer avec le gouvernement de l’État de Gombe pour améliorer les soins de santé et la nutrition des mères, des nouveau-nés, des enfants et des adolescents dans l’État.

La directrice exécutive de l’ONG, Mme Juliana Aribo, l’a fait savoir mercredi lors d’une visite de courtoisie à l’épouse du gouverneur de Gombe, Hajiya Asama’u Yahaya.

“L’organisation était dans l’État pour travailler avec le gouvernement, le bureau de l’épouse du gouverneur et les principales parties prenantes afin d’identifier les femmes qui pourraient mener des actions de plaidoyer sur les soins de santé primaires et le RMNCAH-N”, a-t-elle révélé.

Selon Mme Aribo, l’objectif de l’organisation était d’œuvrer à la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelles et néonatales, des enfants et des adolescents en fournissant des services de santé sûrs et efficaces en temps opportun.

Elle a ajouté que l’organisation visait également à promouvoir l’accès universel à des soins de santé reproductive complets pour les mères, les enfants et les adolescents.

Mme Aribo a indiqué que la dernière enquête nationale sur la santé démographique a révélé que sur 1 000 naissances vivantes à Gombe, environ 130 mouraient avant l’âge de cinq ans et que 550 femmes, sur 100 000, mouraient au cours de l’accouchement.

D’après elle, la mortalité était due à un accès insuffisant à des services de santé de qualité et abordables, ajoutant : “Les critères mondiaux indiquent que la mortalité, à cet égard, ne devrait pas dépasser 25.”

Mme Aribo a félicité le gouvernement de l’État pour les progrès réalisés en vue d’améliorer la survie des enfants et la maternité sans risque grâce à la fourniture d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, au traitement de la malnutrition aiguë sévère et au maintien du planning familial dans l’État.

En réponse, l’épouse du gouverneur a exprimé sa volonté de s’associer à l’organisation pour atteindre son objectif.

Elle a parlé de sa passion pour les questions de santé, en particulier celles qui touchent les femmes et les enfants, ajoutant : “C’est parce que je suis aussi une mère, et notre programme de soutien aux questions de genre est visible.

“Sur cette note, je tiens à vous assurer de mon soutien à cet égard, car la mortalité maternelle est une question très préoccupante.”

La commissaire à la santé, Dr Habu Dahiru, a souligné que l’organisation était dans l’État dans le cadre d’un plaidoyer de haut niveau pour aborder les questions touchant les enfants et les femmes. Elle a révélé que LISDEL travaillait dans trois États – Kaduna, Lagos et Gombe.

Leave A Reply

Your email address will not be published.