Le Nigeria et le Ghana vont collaborer dans le domaine de la biotechnologie agricole selon la NABDA

0 38

Le Nigeria et le Ghana vont collaborer dans le domaine du niébé résistant à la pyrale, afin de renforcer la collaboration scientifique bilatérale pour une “nouvelle Afrique”.

Le directeur général de l’Agence nationale pour le développement des biotechnologies (NABDA), le professeur Abdullahi Mustapha, a fait valoir cela lorsqu’une délégation ghanéenne conduite par le président de la commission parlementaire sur l’environnement, la science, la technologie et l’innovation (MESTI), Dr Emmanuel Marfor, et le membre principal de la commission parlementaire sur le MESTI, le professeur Ebenezer Okletey Terlarbi, ont visité l’agence à Abuja.

Selon lui, la biotechnologie a prouvé son potentiel pour aider le Nigeria à surmonter les défis de la productivité agricole, ce qui se traduit par un rendement plus élevé (par exemple, 2,9 tonnes /hectare de niébé Bt contre 350 kg de niébé non Bt) et par la résolution de diverses limitations de la sélection que les méthodes de sélection conventionnelles ne peuvent pas résoudre.

“Le niébé PBR est un exemple classique de la manière dont la technologie peut apporter des solutions à l’un des principaux défis auxquels est confrontée la culture du niébé. Inutile, je vous ennuie avec la longue histoire de plusieurs tentatives des sélectionneurs de niébé qui ont essayé de trouver des solutions aux attaques ravageuses du Maruca pendant de nombreuses années sans succès dans le passé.

Cette technologie s’est occupée de cela et son potentiel pour améliorer d’autres cultures a commencé à émerger. Les agriculteurs du Nigeria sont enthousiasmés par les performances de cette nouvelle variété et en témoignent”, a-t-il souligné.

Le DG pense aussi qu’avec la commercialisation, l’adoption et l’utilisation de cette nouvelle variété de niébé modifiée pour être résistante à l’insecte Maruca vitrata, “cela signifie une révolution dans la production alimentaire du Nigeria” : Rendement énorme, récolte rapide, récolte abondante, pas d’éclatement, bonnes caractéristiques de cuisson”.

S’exprimant sur l’importance économique du niébé PBR, le professeur Mustapha a intimé qu’une augmentation de 20 % du rendement par hectare se traduit par 48 milliards de dollars nigérians par an, soit 120 000 dollars par tonne.

Il a ajouté que 16,2 milliards de dollars pourraient être économisés chaque année grâce à la réduction des besoins en pulvérisation d’insecticide de 6-8 litres par hectare à 2-3 litres par hectare et à la réduction des coûts de production par hectare si les 3 millions d’hectares sont plantés.

“Les agriculteurs des pays africains ne peuvent pas atteindre le potentiel de rendement de nos légumineuses populaires par rapport à d’autres parties du monde. Alors que les agriculteurs des Amériques, de l’Ouest et de l’Asie obtiennent plus de 10 tonnes par hectare pour le maïs, nos agriculteurs luttent toujours pour atteindre 4 tonnes par hectare.

”On ne saurait trop insister sur la place de la science, de la technologie et de l’innovation dans notre quête de développement dans tous les secteurs de l’économie. L’exploit réalisé avec le développement et la commercialisation du niébé PBR a prouvé une fois de plus que si elle est déterminée, l’Afrique a ce qu’il faut pour résoudre ses problèmes. N’oubliez pas qu’il s’agit de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, du bien-être de nos agriculteurs, de l’amélioration des revenus, de la réduction de l’utilisation des produits chimiques pour un environnement durable”, a-t-il déclaré.

Leave A Reply

Your email address will not be published.