La présidence réfute les accusations du révérend Kukah

Propos recueillis par Timothy Choji, Abuja

0 119

La Présidence a déclaré que les allégations portées par le Révérend Mathew Kukah contre le gouvernement nigérian sont dénuées de tout fondement.

Elle a donc exhorté l’évêque catholique du diocèse de Sokoto à rejoindre la politique s’il le souhaite, au lieu d’utiliser sa chaire pour critiquer constamment le gouvernement.

Réagissant au message de Pâques de l’évêque, dans lequel il a de nouveau ciblé le dirigeant nigérian, le porte-parole présidentiel, Garba Shehu, a indiqué que l’ecclésiastique aime diffuser des messages de haine.

Shehu a affirmé : ” À l’approche du congrès d’investiture, les grondements au sein du parti montent en crescendo acrimonieux et le marché du dépannage s’épanouit dans l’opposition Peoples Democratic Party PDP, qui a désespérément besoin de ses compétences éprouvées, nous sommes surpris – comme beaucoup d’autres – que l’évêque de la province de Sokoto, Mgr Mathew Matthew Hassan, puisse encore trouver le temps de faire une longue homélie sur sa cible habituelle, Muhammadu Buhari, le président du Nigeria.

“Pour un homme qui répand la haine depuis des décennies, rien de nouveau dans l’homélie, si ce n’est le fait que pendant que des millions de chrétiens se souvenaient de la crucifixion du Seigneur le vendredi, de sa descente le samedi, de sa résurrection le dimanche et de son apparition ultérieure à ses disciples, l’évêque Matthew Kukah faisait de la politique.

“Du haut de sa chaire, il a consacré son message de Pâques non pas à la mort et à la renaissance du Christ afin que l’homme puisse être sauvé, mais à la condamnation du gouvernement dans les termes les plus antichrétiens.

“L’évêque Kukah néglige l’enseignement de la Bible dans l’épître aux Jacques 1:26 : “Si quelqu’un se croit religieux et ne tient pas sa langue, mais trompe son cœur, sa religion est sans valeur”.

“Pâques devrait être un moment de renouveau et d’espoir. Pour ceux qui détiennent l’autorité – à la fois temporelle et spirituelle – de s’unir en paroles et en actes afin que ceux qui les regardent en exemple puissent être inspirés par leur grâce.”

M. Shehu a exhorté les chefs religieux à ne pas se mêler de politique mais à se concentrer sur leur vocation.

“Ce n’est pas le moment pour les chefs religieux de faire de la politique, ni pour les politiciens de faire de la religion. C’est le moment, comme dans Tite 3:9, d'”éviter les folles controverses, les généalogies, les dissensions et les querelles sur la loi, car elles sont inutiles et sans valeur”.

“Pourtant, l’évêque Kukah a utilisé son sermon de manière délibérée pour créer des dissensions et des querelles à propos de la loi. Sa liste d’accusation contre le gouvernement ne révélait que sa haine pour eux.

“Pourtant, lorsqu’il les a accusés de division, il n’a donné aucun exemple : de simples affirmations émanant de sa propre bouche. Son allégation de division ethnique et régionale était une insinuation sans preuve, et il n’en a donné aucune.

“Sa liste de choses qu’il prétend cassées – des églises aux mosquées, en passant par les écoles et les autoroutes – dément toutes celles qui ont été construites, et d’autres reconstruites, pendant le mandat de ce gouvernement.

“S’il se sent obligé, pour quelque raison que ce soit, de critiquer le gouvernement pour ce qu’il considère comme ses erreurs, la Bible indique clairement comment il faut procéder : “Frères, si quelqu’un est pris dans une transgression, vous qui êtes spirituels, rétablissez-le dans un esprit de douceur”, Galates 6:1-2.

“Si les évêques ou les chefs religieux croient qu’ils ont un public disposé à écouter les récits d’erreurs ou de fragilité du gouvernement, ils font une injustice à leurs ouailles en leur remplissant les oreilles de propos de division et de pensées haineuses.

“Le Nigeria connaît trop bien l’opinion de l’évêque Kukah sur le gouvernement. Il a clairement indiqué à quel point il les déteste depuis le jour où ils ont été élus.

“Il appartient aux autres de décider si l’expression de ses opinions politiques est un bon usage ou un abus de la fonction religieuse. Mais le peuple nigérian a parlé – deux fois : il a soutenu ce gouvernement dans les urnes. Il ne s’est pas laissé influencer par les propos haineux d’un quelconque groupe d’intimidateurs.

“Nous demandons respectueusement à l’évêque Kukah de laisser le gouvernement aux électeurs et aux politiciens qu’ils élisent, pendant qu’il se concentre sur son travail, tel qu’il est exprimé dans Jacques 1:27 : “La religion pure et sans tache devant Dieu, le Père, est celle-ci : visiter les orphelins et les veuves dans leur affliction, et se garder sans tache du monde”, a-t-il expliqué.

Il ajoute qu’il devrait ranger son habit de clerc, rejoindre la politique partisane et voir jusqu’où il peut aller, a-t-il dit.

Leave A Reply

Your email address will not be published.