Collecte des déchets : la capitale Abuja lance une opération de recouvrement de 10 milliards de naira

Propos recueillis par Hudu Yakubu, Abuja.

0 48

Le Conseil chargé de protection de l’environnement à Abuja (AEPB) a lancé une campagne de recouvrement des dettes afin de récupérer plus de dix milliards de nairas (N10.000.000.000) dus par plusieurs agences gouvernementales, locaux commerciaux et appartements résidentiels dans le territoire de la capitale fédérale (FCT).

Le directeur de l’AEPB, Engr. Osilama Briamah, a fait valoir que les dettes se sont accumulées au fil du temps en raison de l’incapacité des personnes concernées à payer les services qui leur ont été rendus par l’AEPB.

Par conséquent, une équipe spéciale a été mise en place par le secrétaire permanent de la FCTA, M. Olusade Adesola, afin de récupérer les énormes sommes d’argent auprès des débiteurs.

“Nous désirons tous vivre et travailler dans une ville de classe mondiale comparée à d’autres belles villes du monde.

“Mais nous ne pouvons y parvenir que si nous nous comportons en citoyens responsables en payant nos factures de services publics, notamment pour la collecte des déchets solides et liquides.

“Malheureusement, de nombreux organismes, appartements résidentiels, hôtels, places, etc. ne paient pas leurs factures comme prévu. Cela rend difficile la collecte des fonds nécessaires à la gestion d’une mégapole comme Abuja”, a regretté Engr. Braimah.

A partir de 5h30 le mardi 19 avril, a-t-il ajouté, sur la base d’une ordonnance du tribunal déjà obtenue par l’AEPB, l’équipe de travail se lancera dans la fermeture massive de ces installations dans le but de récupérer l’énorme somme due.

“L’AEPB a fait des démarches pour fournir un atterrissage en douceur aux débiteurs par le biais d’un règlement négocié, mais en vain.

“Par conséquent, la seule option restante était d’appliquer les moyens légaux en exécutant l’ordonnance du tribunal pour sceller les locaux concernés”, a-t-il déploré.

Ainsi, pendant que les travailleurs s’apprêtent à reprendre le travail après les fériés de Pâques, certains bureaux du gouvernement, hôtels, places et autres locaux commerciaux peuvent être sous clé en raison de dettes envers l’Abuja Environmental Protection Board (AEPB).

Le directeur a cependant révélé que les débiteurs concernés peuvent éviter l’embarras imminent en assurant le paiement rapide de leurs dettes.

“Les paiements peuvent être effectués facilement via le portail Remita”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.