Le président exige la révision de la loi sur le blanchiment d’argent

Propos recueillis par Lawan Hamidu, Abuja

0 86

Le président nigérian Muhammadu a demandé à la Chambre des représentants d’examiner le projet de loi 2022 sur l’interdiction du blanchiment d’argent, y compris le projet de loi 2022 sur l’interdiction du terrorisme comme mesures visant à renforcer la lutte contre les crimes financiers dans le pays.

Dans la communication lue par le vice-président de la Chambre des représentants, Ahmed Idris-Wase, qui a présidé la séance plénière, le Président Buhari a précisé que les deux projets de loi visaient à modifier les lacunes constatées dans les projets de loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent afin de se conformer aux pratiques mondiales.

“Si l’Assemblée nationale ne remédie pas rapidement à ces lacunes afin de mettre le régime juridique en conformité avec les recommandations du Groupe d’action financière, le Nigeria risque d’être mis sur la liste noire du Groupe d’action financière, ce qui aura des conséquences négatives pour notre économie en pleine croissance”, indique le communiqué.

Une évaluation récente du Groupe d’action intergouvernemental contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest a mis en évidence les lacunes de la loi nigériane sur le blanchiment d’argent en y incluant le régime de financement du terrorisme.

La proposition du pouvoir exécutif était d’amender la loi anti-blanchiment en séparant l’aspect terrorisme de la loi.

Leave A Reply

Your email address will not be published.