Insécurité : la Chambre des représentants réaffirme la nécessité de l’état d’urgence

Détails avec Lawan Hamidu, Abuja

0 130

La Chambre des Représentants a réaffirmé la nécessité de déclarer l’état d’urgence pour lutter contre l’insécurité dans le pays, suite aux récentes attaques et tueries dans les Etats du Plateau et de Benue, dans la région centrale du pays.

Cette décision a été prise après l’adoption de deux motions d’importance publique urgente sur les attaques de Kanem, dans l’État du Plateau, et de Tarka, dans l’État de Benue, présentées par Yusuf Gadji et Benjamin Mzodu en séance plénière.

M. Gagdi, membre de l’État du Plateau, a affirmé que malgré les rapports de renseignement du Département des services de l’État sur l’afflux de terroristes dans l’État du Plateau et d’autres États voisins, aucune mesure proactive n’a été prise par les agences de sécurité pour éviter les attaques.

“Troublé par le fait que, malgré les rapports intelligents du Département des services de l’État sur l’afflux de terroristes fuyant vers le Plateau et d’autres communautés voisines des zones de gouvernement local de Wase et Kanam, aucune mesure proactive n’a été prise par les agences de sécurité pour éviter ces horribles attaques terroristes.

Les agences de sécurité disposent d’informations fiables sur les différents camps de ces terroristes dans la forêt de Kambari, dans l’État de Taraba, ainsi qu’à Bangala, dans la zone de gouvernement local de Wase, dans l’État du Plateau, où ces terroristes organisent et coordonnent des attaques contre des citoyens innocents de l’État du Plateau et d’autres régions du Nigeria,” a souligné M. Gagdi.

M. Mzondu, de l’État de Benue, dans sa motion, s’est dit préoccupé par le fait que si aucune mesure de sécurité rigoureuse n’est prise pour protéger les vies et les biens des citoyens, les zones touchées seront économiquement et socialement affaiblies, ce qui constituera une menace pour la sécurité et la paix dans le pays.

Il a déclaré : “Conscient que la Chambre des représentants a adopté une résolution sur une motion similaire le 14 Décembre, 2021 et de nombreuses autres résolutions de sécurité dans le passé et ont communiqué toutes les résolutions au gouvernement et à toutes les agences de sécurité, mais malheureusement aucune action n’a été prise”.

Le vice-président Ahmed Idris-Wase, qui a présidé la séance plénière, a demandé que les agents de sécurité reconnus coupables d’avoir aidé les bandits soient poursuivis.

Un membre de l’État de Katsina, Fatuhu Muhammad, a souligné la nécessité pour les commissions compétentes de la Chambre de renforcer leurs fonctions de surveillance afin de trouver une solution durable au problème.

Fatuhu a expliqué que “En tant que législateurs, nous devons faire plus que ce que nous pensons faire, car en dehors de la période d’appropriation, nous ne prenons pas les choses au sérieux. Ces personnes viennent présenter leurs budgets et passent à autre chose, nous leur approuvons l’argent, il n’y a pas de contrôle. Comment voulez-vous que nous les contrôlions ?”

Pour un membre de l’État de Benue, Blessing Onuh, relever les défis de la sécurité de la nation est la responsabilité de tous les Nigérians et non du seul gouvernement, soulignant la nécessité d’une plus grande campagne pour un changement d’attitude.

“Savez-vous au moins qui sont vos voisins ? Tout ce que nous continuons à reprocher au président, le président ne viendrait pas me dire qui est mon voisin. Nous devrions nous lancer dans une campagne de sensibilisation massive “Opération Savoir Qui Est Votre Voisin”, nous devrions commencer à l’amener dans nos écoles”, a souligné Mme Onuh.

En adoptant la motion, la Chambre a demandé à l’inspecteur général de la police de déployer immédiatement des escadrons de la force de police mobile pour maintenir la loi et l’ordre et de fournir une formation d’escadron de la force de police mobile dans les communautés touchées.

Leave A Reply

Your email address will not be published.