Les prix alimentaires mondiaux atteignent un nouveau record de 13% – FAO

0 92

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a révélé que les prix alimentaires mondiaux ont augmenté de près de 13 % en mars, atteignant ainsi un nouveau record.

L’organisation a révélé ces chiffres dans son indice des prix des denrées alimentaires pour le mois de mars, publié ce week-end, qui porte sur les produits alimentaires de base les plus vendus dans le monde.

La guerre russo-ukrainienne continue de perturber le marché mondial des céréales de base et des huiles comestibles.

Selon le rapport, l’indice des prix a atteint une moyenne de 159,3 points en mars, contre 140,7 en février, ce qui constituait un record à l’époque.

Le rapport a révélé que la guerre qui sévit depuis six semaines en Europe de l’Est avait bloqué les exportations ukrainiennes, ajoutant que la Russie et l’Ukraine étaient de grands exportateurs de blé, de maïs, d’orge et d’huile de tournesol via la mer Noire et Moscou.

“La perturbation des approvisionnements en produits agricoles en provenance de la région de la mer Noire a exacerbé la hausse des prix des denrées alimentaires, qui atteignaient déjà des sommets inégalés depuis 10 ans dans l’indice de la FAO avant la guerre en Ukraine, en raison des problèmes de récolte au niveau mondial.

“L’indice des prix des céréales a grimpé de 17 % en mars pour atteindre un niveau record, tandis que l’indice des huiles végétales a fait un bond de 23 %. Les prix du sucre et des produits laitiers ont fortement augmenté en mars”, peut-on lire dans le rapport.

Dans le même temps, la FAO a réduit sa projection de la production mondiale de blé en 2022, la ramenant de 790 millions de tonnes à 784 millions de tonnes, car elle a pris en compte la possibilité qu’au moins 20 % de la superficie des cultures d’hiver de l’Ukraine ne soit pas récoltée.

De même, l’agence a revu à la baisse sa projection du commerce mondial de céréales pour la campagne 2021/22, car l’augmentation des exportations de l’Argentine, de l’Inde, de l’Union européenne et des États-Unis devrait seulement compenser une partie des perturbations des exportations de la mer Noire.

L’agence a noté que le commerce total de céréales en 2021/22 a été révisé à la baisse de 14,6 millions de tonnes par rapport aux perspectives mensuelles précédentes, pour atteindre 469 millions de tonnes, soit 2 % de moins que le niveau de 2020/21.

De même, les stocks mondiaux de céréales prévus à la fin de la période 2021/22 ont été révisés à la hausse de 15 millions de tonnes pour atteindre près de 851 millions de tonnes, principalement en raison des prévisions selon lesquelles les perturbations des exportations entraîneront une augmentation des stocks en Ukraine et en Russie.

Leave A Reply

Your email address will not be published.