Le VP Osinbajo appelle à la coopération internationale dans la région du lac Tchad

Détails avec Cyril Okonkwo et Rahila Lassa, Abuja

0 116

Le vice-président du Nigeria, le professeur Yemi Osinbajo, a appelé à la coopération internationale pour assurer efficacement la stabilité économique et la paix, mais aussi pour contenir la crise humanitaire dans la région du lac Tchad.

Osinbajo a lancé cet appel en déclarant ouvert le premier Forum international sur le développement de la région du lac Tchad, le lundi 11 avril 2022 au Centre international de conférence d’Abuja.

La synergie entre les pays et les parties prenantes à travers la région et le Sahel sont, selon le Vice-président, les actions clés qui détermineront la rapidité des interventions sur place.

“La coopération et la collaboration internationales sont nécessaires, notamment comme nous l’avons vu dans le domaine de l’action militaire – et nous avons vu que cela fonctionne pour les interventions de sécurité transfrontalières, notamment pour les situations de terrorisme dans ce voisinage.

“Toutes les réussites dans notre lutte contre le terrorisme illustrent ce que nous pouvons réaliser en travaillant ensemble.

“Nous devons donc continuer à nous appuyer sur cet esprit de coopération dans d’autres domaines d’intervention et tisser des liens encore plus forts pour partager des informations et tirer des leçons de nos différentes expériences.”

Un lac qui se rétrécit
M. Osinbajo a souligné que le lac Tchad, qui, à l’apogée de sa gloire, était l’un des plus grands gisements naturels d’Afrique, couvrant 25 000 kilomètres carrés et fournissant de l’eau à plus de 30 millions de personnes au Nigeria, au Cameroun, au Niger et au Tchad – les quatre pays entourant le Sahel – a rétréci à environ 2000 kilomètres carrés.

Il a indiqué que l’énorme valeur économique du lac comprenait la pêche, la productivité agricole, la santé et la sécurité.

“Aujourd’hui, le lac Tchad s’est rétréci de manière désastreuse pour atteindre à peine 2000 kilomètres carrés, ce qui illustre l’impact dévastateur du changement climatique sur les ressources naturelles.

“Cette forte diminution de la superficie et du niveau des eaux a entraîné une série d’événements catastrophiques, notamment l’affaiblissement de la capacité à fournir de la nourriture, de la santé et de la sécurité à la population, ce qui a d’abord entraîné une instabilité économique et une baisse de la productivité agricole, puis une insécurité grandissante dans tout le Sahel et, dans de nombreux cas, des luttes violentes pour la nourriture, l’eau et les pâturages.

“L’insécurité dans la région du Sahel a déclenché une autre crise, une crise humanitaire aux proportions immenses. Plus de 23 millions de résidents et de citoyens des quatre pays sont actuellement déplacés.”

L’approche PROLAC

Le vice-président Osinbajo a décrit l’intervention du projet de redressement et de développement de la région du lac Tchad (PROLAC) dans la région comme une approche inspirée, axée sur les investissements visant à soutenir la coordination régionale et le suivi des crises, ainsi que la connectivité et les moyens de subsistance agricoles.

Il a remarqué que les interventions “devraient à juste titre s’attaquer à la fragilité sous-jacente et à la crise humanitaire aiguë et au déplacement forcé dans les quatre pays.”

Tout en notant les progrès réalisés dans la situation sécuritaire de la région du lac Tchad, le professeur Osinbajo a estimé qu’il restait beaucoup à faire pour s’attaquer aux moteurs de l’insécurité, déclarant que chaque opportunité d’amélioration doit être saisie.

“L’une des choses que la crise a affectées est la cohésion sociale au sein et autour de nombreuses communautés.

“Alors que nous reconstruisons les structures physiques dans ces zones, nous devons être conscients de la nécessité de favoriser la coexistence pacifique et de restaurer le tissu social de ces sociétés.

“Car sans une paix durable, nous sommes limités dans notre capacité à attirer le type d’investissements nécessaires à la croissance dont nous avons besoin pour répondre aux besoins de nos populations.”

Participant actif

Tout en assurant le forum que le gouvernement nigérian participerait activement à la transformation de ses recommandations en actions, le professeur Osinbajo a déclaré que les résultats et les recommandations du forum devaient être transmis aux différents gouvernements afin d’orienter l’élaboration des politiques et les décisions stratégiques qui doivent être prises à court et à long terme en ce qui concerne le développement de la région.

Dans ses remarques, le Secrétaire exécutif de la Commission du bassin du lac Tchad, Mamman Nuhu, a déclaré que le forum de deux jours était organisé dans le cadre de la mise en œuvre du PROLAC.

“Il s’agit d’une plateforme qui rassemble des parties prenantes internationales et locales de haut niveau afin de faciliter les échanges sur les progrès de la mise en œuvre du PROLAC ; d’approfondir les conversations et l’harmonisation des initiatives et stratégies nationales et régionales existantes et de permettre la planification de nouvelles initiatives pour une coopération plus étroite afin de renforcer la stabilisation dans la région du lac Tchad”, a précisé M. Nuhu.

Un double fardeau
Le directeur général de la Commission de développement du Nord-Est, Mohammed Alkali, a souligné que la région autour du lac Tchad a supporté le double fardeau du changement climatique et des déplacements forcés pendant plusieurs années.

“Les dernières estimations montrent que la région accueille 2,5 millions de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur du pays, dont la plupart sont des enfants.

“Cette crise de déplacement forcé a accru la pression sur les communautés d’accueil de la région.

” Malgré le potentiel du lac Tchad à être le moteur du développement en Afrique de l’Ouest, la région du lac Tchad est confrontée à des facteurs multiples et interdépendants de conflits et de fragilité.

“L’insurrection de Boko Haram a touché à elle seule plus de 23 millions de personnes”.

Selon M. Alkali, l’inclusion du Nigeria dans le PROLAC repose sur le fait que le projet de redressement multisectoriel financé par la Banque mondiale et mis en œuvre dans les provinces de Borno, Adamawa et Yobe a un objectif similaire à celui des projets régionaux en termes de cohésion sociale, de moyens de subsistance, de restauration des services et de réconciliation.

Parmi les autres intervenants à l’ouverture du forum figuraient le représentant de la Banque mondiale au Nigeria, Shuhbam Chaudhuri, le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, M. Midjiyawa Bakari, qui s’est exprimé en français, et le ministre nigérian des ressources en eau, Suleiman Adamu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.