Les universités nigérianes doivent produire des créateurs d’emplois (le boss de NITDA)

Détails avec Na'ankwat Dariem, Abuja

0 121

Le directeur général de l’Agence nationale de développement des technologies de l’information (NITDA), Kashifu Inuwa, a exhorté les universités du pays à accorder une plus grande attention à la formation à l’entrepreneuriat afin de produire des diplômés qui créeront des opportunités d’emploi et non des demandeurs d’emploi.

Inuwa a fait cette déclaration en recevant la direction de l’Université fédérale d’agriculture de Zuru, dans l’État de Kebbi, au nord du Nigeria, dirigée par son vice-chancelier, le professeur Musa Isyaku Ahmed.

Le patron de la NITDA a qualifié d’essentiel le rôle de l’université dans la recherche d’une solution durable au défi du chômage au Nigeria, compte tenu du grand nombre de jeunes gens qui obtiennent un diplôme chaque année.

“M. le Président a une passion pour la création d’emplois, une passion pour la diversification de notre économie, pour passer d’une économie basée sur les ressources à une économie basée sur la connaissance ou à une économie numérique, et pour que le Nigeria y parvienne, nous devons disposer du capital humain, dont notre population est la plus grande ressource”, a-t-il révélé.

M. Inuwa a noté que la plupart des diplômés qui sortent des universités deviennent un fardeau pour le pays, dans l’attente d’un emploi de bureau, d’où la nécessité pour le système universitaire de produire des propriétaires d’emplois au lieu de chercher des emplois.

“Les universités peuvent être utilisées comme des lieux de mentorat, de formation et d’incubation pour les étudiants, en les encourageant à créer leur propre entreprise pendant leurs études”, a-t-il insisté.

S’exprimant sur le programme NAVSA (National Adopted Village for Smart Agriculture) de la NITDA, M. Inuwa a prcisé qu’il s’agissait d’une initiative de l’agence destinée à soutenir les jeunes agriculteurs nigérians qui souhaitent ardemment faire carrière dans l’agriculture.

“Tout d’abord, nous avons tous besoin de manger pour survivre, comment pouvons-nous augmenter notre production, comment pouvons-nous utiliser la technologie pour changer la façon dont nous pratiquons l’agriculture, et comment pouvons-nous en faire un métier plus attrayant, afin que ces jeunes diplômés puissent également embrasser l’agriculture comme une carrière”, a-t-il renchéri.

Le directeur général a expliqué que l’Agence a conclu des accords pour engager les travaux de recherche des universités dans les exploitations agricoles afin d’atteindre l’objectif fixé.

“Cette année, nous allons revoir notre stratégie et nous dire pourquoi ne pas travailler avec les instituts de recherche des universités, dont la plupart des travaux finissent sur les étagères, pourquoi ne pas convertir ces recherches et les transférer dans les fermes pour y faire des expériences”, a-t-il ajouté.

Le vice-chancelier de l’université fédérale d’agriculture de Zuru, le professeur Musa Isyaku Ahmed, a martelé qu’ils étaient au siège de l’agence pour une visite de familiarisation afin de profiter de ce qu’ils ont vu et entendu sur l’impact de la NITDA sur de nombreux secteurs, en particulier les institutions tertiaires.

Tout en sollicitant le soutien de la NITDA dans ses programmes d’intervention, le professeur a également appelé à un changement de paradigme dans le système éducatif national.

“Nous sommes conscients des empreintes digitales de la NITDA dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur nigérians et nous sollicitons la même chose pour notre nouvelle institution”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.