Le Nigeria et la Banque mondiale lancent un projet agro-climatique

Détails avec Zeniat Abubakar, Abuja

0 148

Le Nigeria, en collaboration avec la Banque mondiale, a lancé le projet ACReSAL ( résilience agro-climatique dans les paysages semi-arides), afin de relever les défis environnementaux dans les États du nord du pays.

Le ministre de l’environnement, Mohammed Abdullahi, lors de la mission de pré-lancement du projet de la Banque mondiale, à Abuja, la capitale du pays, a indiqué que le projet, en collaboration avec le ministère de l’agriculture et du développement rural, le ministère des ressources en eau et avec le soutien de la Banque mondiale, durerait cinq à six ans.

Abdullahi a assuré que le projet serait mis en œuvre efficacement, ajoutant que tous les documents relatifs au projet doivent parvenir à la Banque mondiale dès que possible.

Selon lui, le projet est très important, car il permettra également de traiter le système de stress hydrique et de restaurer les terres perdues, rendant ainsi les terres reproductibles pour l’agriculture.

M. Abdullahi a noté que le projet s’attaquera également aux défis environnementaux tels que le changement climatique, le système d’érosion, la biodiversité, entre autres.

“Nous remercions la Banque mondiale d’avoir lancé ce projet et je vous assure que le ministère de l’environnement fera tout son possible pour le mettre en œuvre. Nous nous assurerons que la manière politique de conduire ce projet conformément aux mandats et à ses objectifs soit réalisée.

“Nous allons nous assurer que les différents gouverneurs au niveau des États s’engagent à atteindre les objectifs du projet.

“J’ai demandé au coordinateur national du projet de veiller à ce que tous les documents nécessaires à la banque mondiale pour déclarer l’efficacité du projet lui parviennent au plus tard le 15 avril.

M. Abdullahi a également déclaré que le ministère avait également mis en place un système de suivi du projet au sein du bureau, ajoutant que ce système permettrait d’améliorer la réalisation du projet.

Il a exhorté tous les gouverneurs, commissaires et autres parties prenantes à soutenir la mise en œuvre du projet par une coopération et un engagement forts.

Le ministre d’État à l’environnement, Sharon Ikeazor, a déclaré que l’action collective dans la mise en œuvre du projet apporterait des résultats positifs.

Ikeazor a déclaré que si le projet était mis en œuvre efficacement, environ 70 % des problèmes environnementaux seraient résolus dans les États.

“Nous sommes prêts à mettre en œuvre le projet, avec les deux ministres avec lesquels nous travaillons, je pense que cela améliorera l’exécution du projet.

“Je tiens à remercier l’équipe de la Banque mondiale et les trois ministères pour leur soutien et leur engagement dans la mise en œuvre du projet”, a souligné M. Ikeazor.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, le Dr Mahmood Abubakar, a déclaré que le projet, initié par la Banque mondiale lorsqu’il était encore ministre de l’Environnement, visait à améliorer la qualité de vie de tous les habitants des zones semi-arides.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.