Le tribunal rejette 8 chefs d’accusation contre le leader du mouvement IPOB

Propos recueillis par Salihu Ali, Abuja

0 134

La Haute Cour fédérale de justice siégeant à Abuja, au Nigeria, a annulé 8 des 15 chefs d’accusation du gouvernement nigérian retenus contre le leader du Peuple autochtone du Biafra (IPOB), Mazi Nnamdi Kanu.

La juge Binta Nyako a libéré Nnamdi Kanu des 8 chefs d’accusation, tout en statuant sur une objection préliminaire déposée par le leader de l’IPOB, qui contestait la validité des 15 chefs d’accusation modifiés portés contre lui par le gouvernement nigérian.

Le juge a déclaré : “Dans cette demande d’objection préliminaire, j’ai lu les chefs d’accusation et je suis arrivé à la conclusion que les chefs d’accusation 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12 et 14 n’ont révélé aucune infraction contre l’accusé.”

Le juge a ajouté que “les chefs d’accusation 1, 2, 3, 4, 5, 8 et 15 contiennent des allégations auxquelles le défendeur doit répondre.

“La cour va procéder au jugement du défendeur sur ces chefs d’accusation.”

Les chefs d’accusation modifiés portent sur la commission présumée d’actes de terrorisme, de crime, d’incitation, d’importation illégale d’un émetteur radio et de direction d’une organisation illégale.

En ce qui concerne l’extradition de Kanu au Nigeria pour les besoins de l’enquête criminelle, le juge a noté qu’elle était autorisée dans le cas présent, car il existe un mandat d’arrêt contre l’accusé.

Sur la question de la proscription de l’IPOB, le juge  stipule que l’affaire était en cours devant la cour d’appel et qu’en tant que telle, l’ordonnance interdisant l’organisation subsistait jusqu’à ce qu’elle soit annulée.

L’avocat du gouvernement nigérian, M. Shaibu Labaran, a précisé aux journalistes que “tous les chefs d’accusation relatifs à l’IPOB ont été retenus par la cour”.

“En ce qui concerne l’appartenance à l’IPOB, que Nnamdi Kanu a niée, le groupe reste une organisation interdite par la loi nigériane.”

L’avocat de Nnamdi Kanu, M. Mike Ozekhome SAN, s’est réjoui de l’annulation des huit chefs d’accusation, estimant que les sept autres seront également rejetés.

Concernant les allégations selon lesquelles son client aurait sauté sous caution, M. Ozekhome SAN a vopi :“mon client n’a pas sauté sous caution mais que le gouvernement nigérian l’a forcé à s’exiler”.

Il a demandé à la Cour d’accorder la liberté sous caution à son client.

“Nous avons imploré le Seigneur de lui accorder la liberté sous caution même si elle (la juge) veut le soumettre à certaines conditions”.

La juge Binta Nyako a ajourné au 18 et 26 mai pour la demande de libération sous caution et la poursuite du procès dans un nouveau lieu qui sera annoncé.

L’accusé, Nnamdi Kanu, restera sous la garde du Département de la Sécurité d’Etat (DSS).

Leave A Reply

Your email address will not be published.