NITDA: formation des agents publics aux accords de niveau de service

Précisions de Na'ankwat Dariem, Abuja

0 118

L’agence nationale de développement des technologies et de l’information du Nigeria (NITDA) a procédé à la formation des fonctionnaires du gouvernement à la nécessité de rédiger des accords de niveau de service (SLA) efficaces, afin de limiter le gaspillage au sein du gouvernement et les litiges avec les fournisseurs de services.

Le directeur général de la NITDA, Kashifu Inuwa, a révélé cette information lors d’un atelier d’une journée à Abuja, au Nigeria.

La formation permettra également de sensibiliser le personnel du gouvernement à l’importance de la rédaction d’accords de niveau de service (SLA) pour les prestataires de services et de s’assurer que les prestataires de services ne se débarrassent pas des accords de niveau de service (MLA) sur le gouvernement.

M. Inuwa, représenté par le directeur intérimaire de la planification et de la stratégie de coopération, M. Aristote Onuma, a noté : “Nous sommes ici pour comprendre et nous mettre d’accord sur la manière de rédiger des accords de niveau de service standard afin d’assurer une garantie adéquate, des accords de service après-vente sur nos produits et services informatiques et des dispositions adéquates pour les temps d’arrêt et l’assistance après-vente. Cet atelier a pour but d’élaborer de manière pratique la façon de rédiger des SLA dans les contrats gouvernementaux pour les produits et services informatiques. Nous pensons que cela nous aidera à atteindre notre objectif de développer la culture de l’utilisation et du respect des SLA dans les contrats informatiques du gouvernement”.

Il a ajouté qu’en tant que régulateur, l’agence cherche toujours à garantir la fourniture efficace et effective de produits et services informatiques.

L’importance de la formation
L’un des formateurs, Augustine Ukauzo, a révélé que la formation était très nécessaire car la plupart des fournisseurs de services profitent de l’occasion pour tromper le gouvernement en imposant à son personnel des accords de niveau de service (SLA).

“Nous formons les agences gouvernementales à la rédaction d’accords de niveau de service (SLA), lesquels sont essentiels et très techniques. La plupart des fournisseurs de services ont profité de l’occasion pour tromper le gouvernement et en submergeant les SLA dans ce que nous appelons le Master Level Agreement (MLA), la NITDA profite de cette occasion pour former la plupart des avocats des agences gouvernementales à connaître l’importance des SLA et à insister pour les avoir”, a-t-il expliqué.

Il a ajouté que la formation vise essentiellement à faire découvrir aux stagiaires les éléments de base des accords de niveau de service.

“Cet atelier leur fait découvrir les ingrédients des accords de services, leurs fonctions, afin qu’ils soient formés aux exigences et aux meilleures pratiques minimales de ce que l’on attend d’eux. Ce que nous voulons également réaliser, c’est que dans la plupart des cas, les fournisseurs de services leur présentent déjà des AML déjà préparés. Et ils vous diront que c’est l’accord. Et comme vous n’avez pas l’expertise nécessaire pour l’examiner, vous les voyez l’adopter. Mais avec la formation, ils connaissent le SLA, son contenu et ce qui est censé être impliqué. En faisant cela, ils aideront le gouvernement à ne pas se livrer à des gaspillages”, a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la réduction des litiges contractuels entre le gouvernement et les prestataires de services, Ukauzo a expliqué ce qui suit :

“Oui, certainement, car vous savez que lorsque nous les formons, ils voient que certains d’entre eux découvrent certains ingrédients qui sont censés être là. Certains voient également que certains avantages que les prestataires de services ont pris pourraient être corrigés lors de la rédaction de l’accord. Car même lorsque vous allez au tribunal, le tribunal est censé interpréter l’accord déjà signé. Cette formation aidera donc le gouvernement à réduire certains litiges”, a-t-il ajouté.

Il a également conseillé de prévoir les circonstances imprévues dans les accords de niveau de service afin que les fournisseurs de services ne poursuivent pas inutilement le gouvernement en justice.

Leave A Reply

Your email address will not be published.