”Le Nigéria doit passer l’étape de la consommation à la production” (le candidat de l’opposition à la présidentielle)

Propos recueillis par Paul Oke

0 140

M. Peter Obi, ancien gouverneur de l’État d’Anambra et candidat à la présidence sous la plateforme du Parti démocratique populaire (PDP), a appelé à la nécessité de faire passer le pays de la consommation à la production. Il a déclaré qu’il n’y avait plus rien à partager, car le pays a cruellement besoin de créateurs de richesses.

Issu d’un milieu de commerçants, M. Obi, qui a créé de la richesse dans l’espace privé et dans l’espace gouvernemental, a noté qu’il était temps d’arrêter le coût de la gouvernance.

“Regardez la trajectoire de tous les endroits dont j’avais la charge lorsque j’étais gouverneur.

“En matière de sécurité, nous avons ce que nous appelons la sécurité naturelle et la sécurité artificielle. La sécurité naturelle concerne la création d’emplois. Il faut mettre de la nourriture sur la table des citoyens pour s’assurer qu’ils ne font pas de mauvaises choses pour gagner leur vie.

“S’ils ne savent pas d’où viendra le prochain repas, la tendance est qu’ils deviennent des outils pour n’importe quoi.

“Nous devons donc employer les gens”.

M. Obi a partagé sa théorie sur la meilleure façon de créer de la richesse dans une population croissante. “Je sais ce qu’il faut faire en mettant de l’argent dans les micro, petites et moyennes entreprises. J’ai l’expérience, et je sais ce que nous pouvons faire efficacement pour renverser la situation”, a-t-il fait remarquer.

L’évaluation de la situation de la nation par M. Obi

“Nous sommes en crise ; le parti doit permettre au meilleur candidat d’émerger car la nation a besoin des meilleures mains.

“Actuellement, nous utilisons environ 90 % de notre budget pour le service de la dette. Les premiers mois de l’année dernière, nous avons gagné 1 875 mille milliards de naira ; nous avons utilisé 1 802 mille milliards de naira pour le service de la dette, ce qui représente 98 % de nos revenus.

“L’année dernière, sur un budget de 13 000 milliards de naira, nous avions dit que nous emprunterions 4 000 milliards de naira, mais ce que nous avons généré était bien inférieur, nous avons donc emprunté 6,5 à 7 000 milliards de naira.

“L’objectif était de générer 20 000 milliards de naira et d’emprunter seulement 7 000 milliards de naira, mais je vous assure que nous emprunterons plus que cela, ce qui reflète que nous sommes une crise”, a-t-il confirmé.

Il a ajouté que, selon les archives, le Nigéria figurait sur la première liste des États fragiles et en proie au terrorisme, derrière le Yémen et l’Afghanistan. “Plus de gens vivent dans des conditions plus difficiles, et nous avons encore beaucoup d’enfants non scolarisés”, a réitéré l’aspirant à la présidentielle.

“Le chômage est de 33% officiellement, mais d’environ 55% quand on ajoute le sous-emploi. 60% d’entre eux sont des jeunes qui constituent les actifs et la salle des machines de leur âge productif. Les gens dépensent maintenant 100% de leur salaire pour se nourrir. C’est une situation de crise”, a souligné M. Obi.

Il a réaffirmé sa préoccupation quant à la nécessité pour le pays de faire appel à des personnes compétentes et à de bons gestionnaires des ressources.

“Donc, si quelqu’un vient et vous dit qu’il peut améliorer la situation, demandez-lui de vous montrer des preuves de ses réalisations antérieures. Lorsque vous lisez le livre de Ngozi Okonjo intitulé “La lutte contre la corruption est dangereuse”, vous constatez que parmi beaucoup d’autres, j’ai soutenu l’idée de l’épargne”, a-t-il affirmé.

Vous devez regarder et vérifier les antécédents de toutes les personnes qui se présentent.

En tant qu’homme d’affaires, j’ai probablement un parcours unique puisque j’ai présidé des sociétés comme la SEC et de nombreuses sociétés cotées, sans parler de mon passé de gouverneur.

Après avoir pris le temps de faire des évaluations, demandez-vous qui est la bonne personne pour prendre la direction de ce pays en ces temps difficiles”, a intimé M. Obi.

Il a précisé que son désir de diriger n’était pas dû au fait qu’il voulait devenir président, mais qu’il voulait voir un meilleur Nigeria.

Leave A Reply

Your email address will not be published.