Kaduna: la société de l’eau met en garde contre les dommages causés aux sources d’eau

Détails avec Asma'u Halilu, Kaduna

0 113

La société de l’eau dans l’Etat de Kaduna a demandé aux citoyens de changer l’attitude négative attribuée à la valeur de l’eau et de ses sources.

Le directeur général et chef exécutif de la société des eaux, Sanusi Maikudi, a fait cette demande lors d’une visite de plaidoyer de l’équipe de l’Africa Media Development Foundation, AMDF, dirigée par le directeur exécutif, M. Iliya Kure, à Kaduna.

Maikudi a décrié le niveau d’abus de l’eau, ainsi que les dommages causés aux sources d’eau par la pollution, y compris le déversement de déchets dans les rivières.

Le boss de la société a donc exhorté l’AMDF à se faire le champion de la campagne pour le changement d’attitude des citoyens vis-à-vis de la gestion de l’eau.

Il a averti qu’à moins que des mesures adéquates ne soient prises pour contrôler la tendance à travers une gestion appropriée des sources d’eau, y compris les barrages, la nation paiera dans un avenir proche le prix fort pour les actions humaines, citant la perte du barrage de Birnin Gwari et l’assèchement du lac Tchad, entre autres.

Défis

Dans son adresse, il a renchéri : “Les défis auxquels est confrontée la société de l’eau de Kaduna pour l’approvisionnement en eau des consommateurs sont que plus de 90% des intrants sont importés, allant des produits chimiques de traitement de l’eau, des machines, des tuyaux, des transformateurs et des conducteurs en aluminium, qui sont généralement affectés par le taux de change”.

M. Maikudi a révélé que les autres défis sont les suivants : des infrastructures vieillissantes datant de plus de cinquante ans, une alimentation électrique inadéquate, l’explosion démographique et l’urbanisation chronique qui entraînent un faible approvisionnement en eau.

“Nous avons été fondés dans les années 1920, et en 2020, nous aurons 100 ans, donc toutes nos infrastructures souterraines sont toujours les mêmes. Comme les tuyaux d’origine, leur durée de vie est de 40 ans avec un moratoire de 10 ans, donc vous pouvez les utiliser pendant 50 ans maximum. Donc, s’ils ont été installés en 1930, en 1980 ils auraient dû disparaître, entre 1980 et 2022 vous avez 42 ans de retard, c’est donc un défi hérité”, a-t-il souligné.

Le directeur général a toutefois indiqué que le gouvernement prévoyait de s’engager dans un projet gigantesque pour rendre l’approvisionnement en eau suffisant dans l’État, tandis que la société fait tout son possible pour améliorer l’approvisionnement en eau actuel.

“Nous avons un projet appelé “Greater Kaduna”, la nouvelle population de Kaduna a été évaluée, il a été déterminé que pour rendre justice à l’approvisionnement en eau, nous avons besoin d’un nouveau barrage, et un site a été identifié à Kajuru LGA”.

Le gouvernement fédéral a donc accepté de construire un nouveau barrage multifonctionnel. Le nom du projet est “Greater Kaduna Metropolitan Water Supply and Sanitation project”.

“Avec ce nouveau barrage, le gouvernement de l’État de Kaduna a accepté de construire une nouvelle usine ultramoderne de traitement des eaux d’une capacité de 300 millions de litres par jour.

“Le barrage multifonctionnel fournira de l’électricité, de l’irrigation, du tourisme et de l’approvisionnement en eau. L’État de Kaduna prendra l’un des quatre services du barrage pour construire l’usine de traitement de l’eau et l’usine de traitement sera construite près du barrage, de sorte que tous les villages situés sur le chemin recevront de l’eau avant qu’elle n’arrive au centre, la raison étant que si vous l’amenez au centre pour la traiter, vous pouvez la ramener chez eux”.

“Chaque quartier, comme Sabo, Makera et Rigasa, aura son propre réservoir, c’est un plan global. La BAD et la banque islamique ont accepté de travailler avec le gouvernement de l’État et le gouvernement nigérian pour le réaliser”, a-t-il expliqué.

Maikudi a félicité l’AMDF pour sa visite, exprimant l’espoir d’un résultat mutuellement bénéfique après l’engagement où les connaissances sont partagées et les domaines de collaboration identifiés.

Développer des domaines de collaboration

Il a également souligné la nécessité pour les experts de se réunir pour partager les connaissances entre la Société de l’eau et les organisations de la société civile afin de développer des domaines de collaboration ainsi que le renforcement des capacités.

Auparavant, le directeur exécutif de l’AMDF, M. Iliya Kure, a détaillé que l’équipe effectuait une visite de plaidoyer auprès de la société afin d’identifier les domaines de collaboration qui apporteraient une valeur ajoutée pour renforcer leurs opérations, la considérant comme une partie prenante essentielle.

Il a révélé que l’AMDF avait soutenu un certain nombre de ministères et d’agences du gouvernement de l’État de Kaduna de diverses manières et qu’elle ne cesserait pas de le faire, d’où la visite de plaidoyer.

Projet sur le changement climatique

M. Kure a précisé que la fondation entreprenait actuellement un projet médiatique sur le changement climatique dans l’État de Kaduna, qui nécessitait l’identification et l’engagement de parties prenantes essentielles pour atteindre ses objectifs.

Il a souligné la nécessité pour les journalistes, que l’AMDF a soutenus dans leurs formations sur divers domaines de reportage, d’être informés sur les opérations de la Société, afin de leur permettre de transmettre des informations correctes au public.

Leave A Reply

Your email address will not be published.