Volodymyr Zelensky réclame l’exclusion de la Russie du Conseil de sécurité

0 44

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’est exprimé par visioconférence devant le Conseil de sécurité de l’ONU, après la découverte de massacres imputés aux forces russes, notamment à Boutcha. Il a appelé, entre autre, à une réforme du droit de veto pour éviter que la Russie reste impunie. Par ailleurs, le Parquet national antiterroriste français a ouvert trois enquêtes pour “crimes de guerre” en Ukraine. Retrouvez les événements de la journée du 5 mars.

  • 3 h 21 : les États-Unis vont fournir une aide supplémentaire de 100 millions de dollars à l’Ukraine

Les États-Unis fourniront une aide supplémentaire en matière de sécurité de 100 millions de dollars (91,8 millions d’euros) à l’Ukraine, qui comprendra notamment des systèmes antichar, a déclaré le secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

  • 2 h 33 : Twitter limite la portée des comptes gouvernementaux russes

Twitter a annoncé, mardi, de nouvelles mesures contre les comptes gouvernementaux russes pour réduire la circulation de la propagande officielle du Kremlin sur le réseau social. Ces comptes ne seront plus “recommandés” aux utilisateurs du réseau social dans aucune catégorie du site ou de l’application, y compris en cas de recherche, a indiqué la plateforme dans un communiqué.

  • 22 h 37 : explosions dans la région de Lviv

Des explosions ont eu lieu mardi soir dans la petite ville de Radekhiv, à 70 kilomètres de Lviv, la grande cité de l’ouest de l’Ukraine, a annoncé un responsable local, appelant la population à se mettre à l’abri.

“Explosions dans la région de Radekhiv. Tout le monde reste à l’abri”, a écrit sur Telegram Maksym Kozitskiï, à la tête de l’administration militaire régionale. “À cette heure, nous ne disposons pas d’informations sur d’éventuelles victimes”, a-t-il ajouté.

Une journaliste de l’AFP à Lviv y a entendu des sirènes d’alerte antiaérienne.

  • 22 h : démantèlement d’une importante plateforme russe du “darknet”

La “plus grande” plateforme de vente du “darknet” mondial, dénommée “Hydra Market” et opérant en langue russe depuis 2015, a été démantelée et des bitcoins d’une valeur de 23 millions d’euros ont été saisis, a annoncé mardi la justice allemande.

  • 21 h : Moscou dit avoir abattu deux hélicoptères venus évacuer des chefs militaires ukrainiens de Marioupol

L’armée russe a affirmé mardi avoir abattu deux hélicoptères ukrainiens cherchant à évacuer des chefs d’un bataillon nationaliste défendant le port assiégé de Marioupol, tout en appelant une nouvelle fois ces défenseurs à déposer les armes.

“Ce matin, 5 avril, autour de Marioupol, une nouvelle tentative du régime de Kiev pour évacuer des chefs du bataillon nationaliste Azov a été avortée. Deux hélicoptères ukrainiens Mi-8, essayant d’atteindre la ville depuis la mer, ont été abattus par des systèmes anti-aériens portatifs”, a indiqué le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov.

Le responsable a assuré que Moscou avait proposé mardi matin aux combattants ukrainiens de déposer les armes et de quitter la ville “via un itinéraire convenu” vers le territoire sous contrôle de Kiev.

  • 19 h 56 : Boutcha vise à “torpiller” les négociations russo-ukrainiennes, selon Moscou

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a estimé mardi que la découverte de cadavres dans la ville ukrainienne de Boutcha était une “provocation” visant à faire échouer les négociations en cours entre Kiev et Moscou.

“Une question se pose : à quoi sert cette provocation ouverte et mensongère (…) ? Nous sommes amenés à penser qu’elle sert à trouver un prétexte pour torpiller les négociations en cours”, a affirmé Sergueï Lavrov dans un message vidéo diffusé à la télévision russe.

  • 18 h 09 : le Royaume-Uni a gelé 350 milliards de dollars du “trésor de guerre de Poutine”

Londres a gelé 350 milliards de dollars du “trésor de guerre” du président russe Vladimir Poutine, a déclaré mardi à Varsovie la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss.

“Jusqu’à présent, nos sanctions ont eu un effet paralysant sur ceux qui alimentent et financent la machine de guerre de Poutine. Cette semaine, nous annoncerons que nous avons gelé plus de 350 milliards de dollars du trésor de guerre de Poutine”, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse commune avec son homologue polonais, Zbigniew Rau.

  • 17 h 33 : devant le Parlement espagnol, Volodymyr Zelensky évoque Guernica

Le président Volodymyr Zelensky a comparé mardi la guerre en Ukraine au massacre de Guernica, petite ville du Pays basque espagnol bombardée en 1937 par l’aviation nazie en soutien des troupes franquistes durant la Guerre civile espagnole.

“Nous sommes en avril 2022 mais on se croirait en avril 1937, quand le monde a appris ce qui se passait dans l’une de vos villes, Guernica”, a-t-il déclaré lors d’une intervention diffusée en direct à la Chambre des députés espagnole.

  • 17 h 29 : la vidéo finalement diffusée

Le président Volodymyr Zelensky a finalement réussi à diffuser au Conseil de sécurité de l’ONU une vidéo présentant des images très crues de personnes tuées en Ukraine.

Ce sont des “images épouvantables”, a déclaré l’ambassadrice britannique Barbara Woodward, se disant “scandalisée”. Plusieurs corps ou parties de corps figuraient sur ces images, sur un fond sonore accentuant la dramatisation de la vidéo.

  • 16 h 59 : l’allocution de Volodymyr Zelensky se conclut sur un problème technique

Alors que le président ukrainien souhaitait diffuser une vidéo des atrocités survenues dans son pays, le clip en question n’a jamais pu être montré.

  • 16 h 41 : Volodymyr Zelensky s’adresse au Conseil de sécurité

Le président ukrainien a commencé à s’exprimer par visioconférence devant le Conseil de sécurité des Nations unies. “Le monde n’a pas encore vu ce que la Russie a fait dans d’autres parties du pays. (…) Les coupables doivent rendre des comptes”; a souligné Volodymyr Zelensky. “Les Russes souhaitent s’emparer de nos richesses, (…) nous coloniser.”

“Le droit de veto russe est un droit de tuer”, a encore estimé le président ukrainien, qui a appelé à ce que la Russie soit “tenue responsable” pour “crimes de guerre”.

Volodymyr Zelensky a enfin réclamé l’exclusion de la Russie du Conseil de sécurité de l’ONU.

  • 16 h 32 : Martin Griffiths prend la parole à son tour

“Les civils ukrainiens paient le prix fort dans cette guerre”, rappelle Martin Griffiths, secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires.

Mille quatre cents trente civils ont déjà été tués depuis le début du conflit, dont 121 enfants. Des “chiffres très probablement sous-estimés”, explique-t-il. “Ces chiffres ne feront qu’augmenter.”

Il réclame que les civils puissent se mettre à l’abri sans avoir à craindre des attaques.

  • 16 h 16 : Antonio Guterres s’exprime devant le Conseil de sécurité

Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, introduit l’ordre du jour. Il estime que l’attaque de la Russie, membre du Conseil de sécurité de l’ONU, en Ukraine, membre de l’ONU, constitue un des plus grands défis à l’ordre international jamais vus. Il affirme également à titre personnel qu’il n’oubliera jamais les images de Boutcha.

Le secrétaire général des Nations unies a également rappelé que la crise ukrainienne a des conséquences mondiales, avec plus de 1,2 milliard d’habitants vulnérables à l’augmentation des coûts des aliments, de l’énergie et des engrais.

Il a appelé à des négociations sérieuses, respectant les principes de l’ONU.

  • 15 h 33 : Antony Blinken dénonce une “campagne délibérée pour tuer, torturer, violer” à Boutcha

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a dénoncé mardi une “campagne délibérée pour tuer, torturer, violer” à Boutcha, ville ukrainienne où ont été découverts des dizaines de cadavres après le retrait des troupes russes.

“Ce que nous avons vu à Boutcha n’est pas l’acte isolé d’une unité dévoyée. C’est une campagne délibérée pour tuer, torturer, violer, commettre des atrocités”, a déclaré le secrétaire d’État américain avant de s’envoler pour Bruxelles.

“Cela renforce notre détermination et la détermination de pays à travers le monde de s’assurer que d’une façon ou d’une autre, un jour ou l’autre, ceux qui ont commis ces actes soient tenus pour responsables”, a-t-il affirmé.

  • 15 h 15 : Vladimir Poutine veut “surveiller” les exportations alimentaires vers les pays “hostiles” et dénonce les pressions sur Gazprom

Le président russe Vladimir Poutine a proposé mardi de “surveiller” les livraisons alimentaires vers les pays “hostiles” au Kremlin, en pleine vague de sanctions contre Moscou.

“Cette année, sur fond de pénurie alimentaire mondiale, nous allons devoir être plus attentifs aux livraisons alimentaires à l’étranger et surveiller en particulier les conditions de ces exportations vers les pays qui mènent contre nous une politique hostile”, a-t-il affirmé, lors d’une réunion retransmise à la télévision publique.

Le président russe a également dénoncé la “pression” exercée contre Gazprom en Europe, soulignant que nationaliser des actifs russes était “une arme à double tranchant”.

  • 14 h 57 : l’Otan redoute la découverte “d’autres atrocités” commises par les forces russes en Ukraine

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a dit mardi redouter la découverte “d’autres atrocités” lors de la reprise des territoires contrôlés par les Russes en Ukraine et a dénoncé des “crimes de guerre”.

“Je crains que nous soyons témoins d’autres atrocités. Les Russes contrôlent encore une partie du territoire ukrainien. Quand il sera repris, nous risquons de découvrir plus de fosses communes, plus d’atrocités, de crimes de guerre, et cela souligne l’importance d’enquêtes pour établir tous les faits afin que les responsables soient traduits en justice”, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse à Bruxelles.

  • 14 h 43 :  les nouvelles sanctions de l’UE “devront intégrer le pétrole et le charbon”, indique Jean-Yves Le Drian

Les nouvelles sanctions en discussion au sein de l’Union européenne contre la Russie “devront intégrer le pétrole et le charbon”, a déclaré, à Berlin, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

“Nous travaillons ensemble, la France et l’Allemagne, à la définition de ce que pourrait être ce nouveau paquet (de sanctions) qui devra intégrer le pétrole et le charbon” russes, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse à Berlin, tenue notamment avec son homologue allemande, Annalena Baerbock.

  • 14 h 25 : Washington interdit à la Russie de payer sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines

L’administration américaine n’autorise plus la Russie, à partir de mardi, à rembourser sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines, renforçant la pression et faisant croître le risque d’un défaut de paiement russe.

  • 14 h 19 : selon l’Otan, la Russie se prépare à prendre “le contrôle de l’ensemble” du Donbass

La Russie se renforce pour “prendre le contrôle de l’ensemble du Donbass”, dans l’est de l’Ukraine, et réaliser “un pont terrestre avec la Crimée”, annexée par Moscou en 2014, a affirmé mardi le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg.

“Nous sommes dans une phase cruciale de la guerre”, a-t-il averti au cours d’une conférence de presse à la veille d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance.

  • 14 h 15 : une vingtaine de diplomates russes expulsés d’Espagne

L’Espagne va expulser quelque 25 diplomates et personnels diplomatiques russes, en réaction aux crimes de guerre présumés commis par l’armée russe en Ukraine, a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares.

  • 13 h 04 : Danone réfléchit à l’éventualité de quitter la Russie

Danone réfléchit à la possibilité de quitter la Russie, à la suite des soupçons de crimes de guerre commis par l’armée russe dans la ville ukrainienne de Boutcha, a-t-on appris auprès d’une source au fait du dossier. À ce stade, aucune décision n’a été prise par le groupe.

  • 12 h 59 : tous les paiements européens à la Russie sont “tachés de sang”, selon le maire de Kiev

Le maire de Kiev a exhorté les responsables politiques européens à couper tous les liens commerciaux avec Moscou, estimant que les paiements à la Russie étaient “tachés de sang” et alimentaient le “génocide des Ukrainiens”.

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.