Rencontre à huis clos des parlementaires avec les chefs de sécurité axée sur l’insécurité au pays

Propos recueillis par Lawan Hamidu, Abuja

0 138

La direction de la Chambre des représentants au Nigeria a procédé à une rencontre avec les chefs de service du pays au sujet de la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays.

La réunion de plus de cinq heures, tenue à huis clos, avait pour but de proposer des solutions au défi, suite aux attaques de l’aéroport international de Kaduna et du train Abuja-Kaduna.

Au début de la réunion, avant qu’elle ne se déroule à huis clos, le président du Parlement Femi Gbajabiamila a noté : “Nous devons tous s’unir pour rendre le Nigeria sûr et sécurisé”.

S’adressant aux journalistes suite à la réunion, M. Gbajabiamila a affirmé que la réunion était une intervention législative, visant à trouver une solution durable à l’insécurité, et que les dossiers abordés ne doivent pas être révéler au publique.

“Nous avons eu une délibération approfondie, les questions dont nous avons discuté sont des questions de défense, elles ne sont pas destinées au publique.

“Mais je peux vous assurer qu’il y a eu beaucoup de collaboration, beaucoup d’idées ont été formulées sur la manière dont les agents de sécurité peuvent travailler ensemble d’une seule voix, par opposition à des voix différentes.

Il a révélé qu’ils ont discuté de la question très importante de savoir s’il existe ou non des éléments au sein de l’armée – la question des taupes comme certaines personnes l’ont déclaré.

Selon l’orateur, les questions de formation et de recyclage ainsi que les indemnités ont également été discutées.

La réunion a été convoquée suite à l’adoption unanime d’une motion à cet effet la semaine dernière lors d’une session plénière.

Cependant, la réunion a été reportée en raison de l’incapacité des chefs de service à se présenter, ils ont envoyé des représentants qui ont été repoussés par le vice-président du Parlement, Ahmed Idris Wase.

M. Wase, qui a présidé la réunion la semaine dernière, a exprimé ses inquiétudes quant à l’incapacité des chefs des agences de sécurité à assister à la réunion, ce que certains législateurs ont décrit comme un manque de respect pour le corps législatif en tant qu’institution.

Les chefs d’état-major de la défense et de l’armée de l’air, le représentant du chef d’état-major de l’armée, l’inspecteur général de la police et le DG du DSS, entre autres, étaient présents.

Leave A Reply

Your email address will not be published.