“Le Nigeria a besoin d’huile de palme d’une valeur de 500 millions de dollars par an” (Association)

0 99

L’association des producteurs de palmiers à huile au Nigeria(OPGAN) affirme que le pays a besoin d’environ 500 millions de dollars d’huile de palme par an pour répondre à sa demande locale.

Le président national de l’OPGAN, M. Joe Onyiuke, a fait valoir cela, tout en notant que pour combler le fossé, les producteurs locaux d’huile de palme au Nigeria doivent élaborer des stratégies pour attirer le financement nécessaire pour améliorer et augmenter la production.

“L’huile de palme est un composant majeur pour la production de plus de 40 articles, y compris l’usage pour la cuisson.

“Les lacunes en matière de production et d’approvisionnement dans la chaîne de valeur de l’huile de palme sont dues au fait que sa transformation a été laissée aux personnes âgées qui, la plupart du temps, utilisent des méthodes de transformation dépassées”, a révélé M. Onyiuke, lors d’une réunion publique avec la section de l’association de l’État d’Akwa Ibom à Uyo.

Pendant ce temps, Onyiuke a expliqué que la guerre entre la Russie et l’Ukraine a contraint les principaux pays producteurs d’huile de palme comme la Malaisie et l’Indonésie à limiter leurs capacités d’exportation avec le Nigeria, car ils sont incapables de répondre aux demandes d’exportation croissantes depuis que les niveaux de production ont stagné.

“La situation est telle que le Nigeria n’a même pas la capacité d’exporter à nouveau de l’huile de palme et le déficit de la demande locale est d’environ 500 millions de dollars et c’est pourquoi OPGAN a pris l’engagement d’organiser correctement ses membres.

“Si nous parvenons à galvaniser nos forces, je suis certain que nous pourrons combler ce déficit et même le dépasser.

“L’huile de palme affecte nos vies partout, en particulier dans l’industrie alimentaire.

“Sans huile de palme, vous ne pouvez pas avoir vos nouilles, vos pâtes, votre savon, votre margarine, votre mayonnaise, votre chocolat, votre dentifrice, etc. dans l’industrie alimentaire.

“L’huile de palme est la clé parce que plus de 40 articles sont produits à partir d’elle et donc, lorsque vous parlez de sécurité alimentaire dans le monde, l’huile de palme reste la clé”, a martelé Onyiuke.

Plus tôt, le président de l’OPGAN, l’évêque Onukak Afahaene, a exhorté les membres de l’association à s’engager dans la vision de l’OPGAN dirigée par Onyiuke, exprimant sa joie que le gouvernement fédéral ait réalisé la nécessité d’augmenter la production de palmiers à huile.

Leave A Reply

Your email address will not be published.