USA : l’héritage afrobeat de Fela Kuti perpétué par sa famille

0 122

Dans la famille Kuti, la musique est clairement inscrite dans les gènes. Près de 25 ans après la mort de la légende de la musique nigériane Fela Kuti, son fils Femi et son petit-fils Made transportent son son afrobeat aux États-Unis.

Avec leur double album “Legacy +”, le duo père-fils a été nommé aux Grammys de cette année, dans l’espoir de remporter la catégorie “Global Music” lors de la remise des prix de la musique américaine, lundi à Los Angeles.

Fela Anikulapokuti

Il s’agit de la première nomination aux Grammys pour Made Kuti, 26 ans, mais de la cinquième pour Femi, qui a commencé sa carrière à l’âge de 17 ans aux côtés de son célèbre père. Seun Kuti, le frère cadet de Femi Kuti, a également été nommé en 2018.

Dans cet album divisé en deux parties, le fils Made, présente ses talents de virtuose. Il joue joue tous les instruments de sa section, du saxophone à la batterie en passant par à la trompette et le piano.

“Ma musique est très influencée par ce que j’écoutais quand j’étais enfant, c’est-à-dire évidemment mon grand-père, mon père et mon oncle”, a déclaré Made lors d’une interview à l’AFP au Shrine, la célèbre salle de concert de Fela à Lagos.

Il fait courir ses doigts sur le saxophone avant d’entraîner son groupe dans une répétition de “Free Your Mind“, le titre de son premier album, sorti en février 2021. L’influence du rock se mêle au génie de Fela : un cocktail puissant de style High Life répétitif et hypnotique, de polyrythmies yoruba, de jazz et de funk. L’attitude calme et posée de Made contraste avec celle de son grand-père, qui était tout en exubérance. Mais les textes sont tout aussi engagés.

Les gens voient en Fela une figure de la liberté, de la liberté et de la justice, l’état d’esprit révolutionnaire de pouvoir se battre pour ce en quoi ils croient“, explique Made.

Tout au long de sa carrière, Fela Kuti n’a cessé de dénoncer la corruption des élites, la dictature et le pouvoir des multinationales, utilisant la musique comme une arme. Après la sortie de son album anti-militaire “Zombie” (1976), pendant la dictature militaire du Nigeria, la résidence de Fela, connue sous le nom de Kalakuta Republic, a été entièrement rasée lors d’un assaut de l’armée.

Les gens voient en Fela une figure de la liberté, de la liberté et de la justice, l’état d’esprit révolutionnaire de pouvoir se battre pour ce en quoi ils croient, explique Made.

Fela lui-même a été emprisonné et torturé à plusieurs reprises pendant le régime militaire de son pays.

Il était de loin l’un des musiciens les plus talentueux (…) mais aussi une grande source de sincérité, d’intégrité et de passion“, a déclaré Made.

Afrobeat et Afropop

De nos jours, les jeunes Nigérians préfèrent danser sur de l’afropop – un dérivé de l’afrobeat joué par des superstars comme Davido ou Wizkid, qui est également nominé aux Grammys cette année. Le monde de la musique d’aujourd’hui n’est pas une industrie que Femi Kuti, 59 ans, voit d’un très bon œil.

Il faut distinguer un animateur et un musicien“, a-t-il déclaré.

Beaucoup de ces artistes n’écrivent pas leur musique, n’écrivent probablement pas leurs paroles… Il faut des années pour devenir un grand musicien“.

Les paroles d’afropop font l’éloge du capitalisme plus que du militantisme, mais dernièrement, le répertoire du genre s’est élargi et les paroles sont devenues plus politiques.

La jeunesse nigériane est souvent décrite comme résiliente, voire apolitique, mais elle est descendue en masse dans la rue en octobre 2020 pour protester contre les violences policières et la mauvaise gouvernance. Lors des manifestations pacifiques, qui ont été rapidement et sanglamment réprimées, les jeunes ont dansé sur la musique de leurs parents. Les chansons classiques de rébellion de Fela Kuti – “Sorrow, Tears and Blood” ou “Zombie” résonnaient partout.

Avec Africanews

Leave A Reply

Your email address will not be published.