Signification du jeûne dans le mois sacré de Ramadan

Article de Fatima Hassan, Abuja

0 55

Le ramadan, l’un des cinq piliers de l’islam, est un acte pratiqué chaque année par les musulmans du monde entier. Cet acte est observé par les musulmans valides en application de l’injonction du saint prophète Mahomet à laquelle tous les musulmans doivent obéir.

Le mois sacré du Ramadan est le neuvième mois du calendrier islamique et cette année, il tombe en avril, qui est le quatrième mois du calendrier grégorien. Historiquement, le Ramadan a été observé pour la première fois après la révélation du premier verset du Saint Coran au Prophète Muhammad SAW, lors de la nuit communément appelée Nuit du Pouvoir ou Nuit de la Majesté.

Le jeûne du mois de Ramadan implique de s’abstenir de manger et de boire pendant les heures du jeûne, de se protéger du mal, de s’imprégner et d’illustrer tous les principes de la religion islamique, tout en réfléchissant à l’essence de la piété.

Pour le musulman, le jeûne est le trait distinctif du mois de Ramadan. L’observation du jeûne implique une purification de soi de tous les actes interdits par le Saint Coran ou contraires aux principes de l’Islam. Le mois entier est imprégné de dévotion, d’adoration et de service à Allah en vérité et en esprit, sans les caprices des désirs matériels. Essentiellement, les musulmans qui sont en bonne santé et capables, entreprennent le Saum ou jeûne de l’aube au crépuscule, comme Allah l’a ordonné.

Le jeûne est cependant plus qu’une simple abstention de nourriture, de boisson et de rapports sexuels. C’est aussi un moment où l’on s’abstient du mensonge en paroles et en actes, de tout acte indécent et ignorant, de se disputer, de se battre et d’avoir des pensées lubriques.

L’acte de jeûne souligne le sacrifice, tandis que l’expérience de la faim aide à développer de l’empathie pour ceux qui ont faim et manquent des nécessités de base de la vie, qui sont trop souvent considérées comme acquises par les musulmans riches. Le jeûne connote la rectitude morale, qui est le fruit d’Allah, et il permet également de purifier les cœurs et les esprits. En jeûnant, on fait également preuve du plus haut degré d’obéissance en s’abstenant volontairement d’actes autrement licites, autorisés du lever au coucher du soleil. Une telle abstinence est une excellente source de rajeunissement spirituel et moral.

C’est aussi l’occasion de se confronter à son moi intérieur, car le jeûne permet de dompter les appétits physiques, de maîtriser l’avidité et la luxure. Ainsi, le musulman parcourt un chemin prescrit à tous ceux qui croient au saint Coran, comme le stipule la sourate Baqara, le deuxième chapitre du Coran, qui détaille l’ordre de jeûner pendant le mois de Ramadan.

À la fin du mois de jeûne, la Zakkatul Fitr, qui est la charité, est obligatoire pour tous les musulmans avant de se rendre aux prières de l’Aïd al-Fitr, pour servir d’acte de bonté, enjoint à l’humanité par le Tout-Puissant Allah.

Le principe de la zakkat consiste pour les musulmans riches ou privilégiés à donner aux nécessiteux et aux pauvres de la société, puis à partager avec eux les repas préparés pour célébrer l’Aïd al-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, le premier jour du nouveau mois de Shawwal.

Les communautés musulmanes doivent faire preuve d’amour envers l’humanité en se fondant sur la fraternité islamique qui impose de soutenir ses semblables en leur fournissant de la nourriture pour rompre le jeûne et de nouveaux vêtements à porter pour la célébration de l’Aïd le jour de Sallah.

On s’attend également à ce que les leçons et les principes de fraternité qui caractérisent le Nigeria et le monde musulman pendant le mois de Ramadan servent à renforcer et à promouvoir l’harmonie interreligieuse entre les peuples et les nations de toutes les confessions dans le monde.

De manière significative, les actes de don et de partage, l’abstinence de fomenter des troubles et l’attention portée aux moins privilégiés de la société imprégneront ce Ramadan et au-delà, pour le bien de tous les peuples du monde.

En outre, les Nigérians sont à nouveau invités à profiter de cette période de promotion de la communalité et de la tolérance religieuse pour encourager l’esprit “d’être le gardien de ses frères” bien au-delà du mois de Ramadan.

Alors que les musulmans entament le jeûne du mois sacré du Ramadan, ils sont également invités à continuer de prier pour le Nigeria, qui s’efforce de surmonter les multiples défis qui l’attendent avant les élections générales de 2023, afin d’assurer la paix, la prospérité et le développement durable de la nation.

 

Article de Fatima Hassan, Abuja

Traduction faite par Mourtada Nanzif Adékounlé

Leave A Reply

Your email address will not be published.