Séminaire de haut niveau sur l’allocution et l’usage des embarcations à Coque rigide

Précisions de Ernest Eke depuis le siège de la CEDEAO

0 159

L’insécurité maritime est depuis longtemps l’une des menaces les plus persistantes envers les communautés maritimes et la prospérité économique en Afrique de l’Ouest, a révélé le colonel Abdourahmane Dieng, chef de la Division de la sécurité régionale de la CEDEAO lors d’un séminaire de haut niveau sur l’allocution et l’utilisation des embarcations à Coque rigide destinés aux États membres de la CEDEAO. Ce séminaire qui a été convoqué par la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja, la capitale Nigériane, du 4 au 5 avril 2022 a été organisée dans le cadre du projet d’appui à la sécurité maritime intégrée en Afrique de l’Ouest (SWAIMS), financé par l’Union européenne (UE).

Selon le Colonel Dieng, ce qui sert de cadre à toutes ces activités est la Stratégie Maritime Intégrée (SMIC)) de la CEDEAO qui a été adoptée le 29 mars 2014, à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, par la 44e Session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de Gouvernement.

Certains participants au séminaire

 ‘’Les deux premiers piliers de la SMIC sont relatifs à la gouvernance maritime et la sûreté et la sécurité maritimes. Par conséquent, il est pertinent que les départements ministériels et les autres organismes, représentés à ce séminaire, travaillent ensemble à l’élimination des menaces maritimes qui pèsent sur notre communauté.   Nous savons bien également, qu’il ne peut y avoir de développement sans sécurité, et pas de sécurité sans développement. Cela concerne autant le domaine maritime que la terre ferme; et, c’est pourquoi la coopération de tous les partenaires est si essentielle’’, a-t-il ajouté.

L’UE est un partenaire engagé dans la région du golfe de Guinée et continuera de fournir une assistance pour renforcer les caractéristiques essentielles de l’architecture de sécurité de Yaoundé, consolidant ainsi la relation de longue date entre la CEDEAO et l’UE , a affirmé l’ambassadeur Nicolas Berlanga Martinez, coordinateur principal de l’UE pour le golfe de Guinée.

’Nous sommes fiers que l’UE ait pu travailler avec la CEDEAO et les États membres de la CEDEAO sur toutes ces réalisations. Au fur et à mesure que nous avancerons, nous élargirons notre engagement à différents niveaux’’.

D’après l’ambassadeur le projet de présences maritimes coordonnées (PMC) de l’UE dans le golfe de Guinée a été lancé l’année dernière en tant que nouveau mécanisme de coordination de l’UE entre les moyens navals européens opérant dans la région. Le mécanisme s’est avéré utile pour fournir une interface et une plate-forme de coordination entre l’UE et les États côtiers du golfe de Guinée, y compris le Nigeria.

‘’Nous continuerons également à renforcer les capacités des professionnels maritimes, tant des services de sécurité que du secteur civil, à travers des formations dispensées par l’Université Maritime Régionale d’Accra et l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional d’Abidjan’’ a-t-il souligné.

Pour sa part, le chef d’équipe SWAIMS, le Dr Axel Klein, a déclaré que le séminaire finalisera un accord sur la livraison d’embarcations à coque rigide à chaque État côtier de la CEDEAO qui constitue une partie cruciale du projet SWAIMS. Ces bateaux et équipements renforceront considérablement la capacité des pays bénéficiaires à faire respecter l’État de droit dans leurs eaux territoriales.

’En collaboration avec l’Institut de sécurité maritime interrégional d’Abidjan et l’Université maritime régionale d’Accra et un réseau de spécialistes, SWAIMS s’est lancé dans la formation de plus de 400 professionnels maritimes sur les aspects clés de la sécurité maritime’’.

‘’Mais même le personnel le plus dévoué et le plus professionnel a besoin des bons outils pour faire son travail. C’est pourquoi aujourd’hui marque un tournant important dans le projet. Nous passons à la livraison d’équipements qui amélioreront considérablement les performances des agences de sécurité maritime et d’application de la loi dans chaque pays. Dans le cadre du projet SWAIMS, chaque pays côtier recevra 2 RHIBS avec équipement et formation’’, a expliqué le Dr Klein.

Le séminaire de haut niveau sur la sécurité maritime a réuni des représentants des 12 pays côtiers de la CEDEAO: Bénin, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Guinée-Conakry, Libéria, Nigéria, Sierra Leone, Sénégal et Togo. Y compris des hauts fonctionnaires des ministères de la Défense (principalement la Marine), des Transports (principalement des Agences maritimes) et des Affaires étrangères.

Leave A Reply

Your email address will not be published.