Trafic de drogue : la justice rejette les demandes de libération sous caution d’Abba Kyari et de ses co-accusés

Détails avec Salihu Ali, Abuja

0 33

La Cour fédérale d’Abuja, au Nigeria, a rejeté la demande de libération sous caution d’Abba Kyari, commissaire adjoint de police suspendu et ancien chef de la cellule de renseignement (IRT), et de ses coaccusés.

Le 7 mars, L’Agence nationale de lutte contre la drogue (NDLEA) avait mis en accusation M. Kyari, Sunday Ubua, un commissaire de police adjoint, Bawa James, un commissaire de police adjoint, les inspecteurs Simon Agirgba et John Nuhu, ainsi que deux autres personnes, pour huit chefs d’accusation.

Les chefs d’accusation portent sur le trafic illicite de 21,35 kg de cocaïne entre le 19 et le 25 janvier 2022, commettant ainsi une infraction contraire à la section 11(c) de la loi NDLEA et punissable en vertu de celle-ci.

Après leur mise en accusation, les défendeurs ont demandé à être libérés sous caution, arguant qu’ils avaient droit à une libération sous caution au motif que les infractions présumées n’entraînent pas la peine capitale.

Le juge Emeka Nwite, statuant sur les demandes de libération sous caution, a convenu avec l’accusation que des preuves suffisantes avaient été présentées à la cour pour justifier le refus de la libération sous caution.

L’avocat de l’accusation, Joseph Sunday, en présentant la demande de libération sous caution le 14 mars, a fait valoir que M. Kyari présentait un “risque de fuite” en raison de son implication dans des allégations de blanchiment d’argent aux États-Unis, où une demande d’extradition est en instance devant le tribunal.

Dans ses contre-affidavits à la demande de libération sous caution de M. Kyari, la NDLEA a déclaré qu’il était inapproprié de lui accorder une libération sous caution en raison des faits et des circonstances de l’affaire.

Elle a ajouté que les problèmes médicaux du requérant ne dépassent pas les capacités de la NDLEA.

Le juge a noté que l’accusation a présenté des preuves suffisantes liant les défendeurs aux infractions présumées.

“Il est évident que la libération sous caution n’est pas absolue et qu’elle est laissée à la discrétion du tribunal. Par conséquent, la demande de libération sous caution est rejetée par la présente.” Le juge a statué.

Leave A Reply

Your email address will not be published.