Take a fresh look at your lifestyle.
indepebdence

Le Conseil des ministres du Nigeria se félicite de l’amélioration de l’économie

Détails avec Timothy Choji, Abuja

32

Le gouvernement nigérian a exprimé sa satisfaction quant à l’amélioration de l’économie du pays au cours des quatre derniers trimestres.

La ministre des Finances, Zainab Ahmed, a révélé cela mercredi lors d’un briefing avec les correspondants de la State House.

Elle a déclaré : “Aujourd’hui, nous avons présenté au conseil, pour information et discussion, le rapport sur le PIB du troisième trimestre pour 2021, qui a été publié jeudi dernier par le Bureau national des statistiques.

“Le résultat montre une amélioration par rapport à la contraction que nous avons connue en 2020. Rappelons que nous avons eu une croissance négative au deuxième et au troisième trimestre 2020. Nous sommes entrés en récession sur le plan technique, puis nous sommes sortis de la récession au quatrième trimestre de 2020.

“Ce rapport montre donc que nous avons maintenant quatre trimestres cohérents de croissance du quatrième trimestre 2020 au troisième trimestre 2021. Le rapport sur le troisième trimestre du PIB montre une croissance de 4,03% au troisième trimestre 2021 par rapport à une contraction de moins 3,62% au troisième trimestre de l’année dernière.”

Le ministre a attribué l’amélioration récente aux succès enregistrés dans les secteurs des services et de l’agriculture.

“Ainsi, une partie des activités économiques qui ont été les principaux moteurs de la croissance au cours de cette période de référence sont les services qui ont connu une croissance de 8,41%. La croissance dans le secteur des services a été largement soutenue par de meilleures performances dans le secteur du transport ferroviaire, le secteur des pipelines, le transport aérien, les institutions financières, le secteur du transport routier, le transport maritime ainsi que le pétrole brut.

“L’agriculture a également connu une croissance de 1,22%. Il s’agit d’un léger fléchissement par rapport au taux de 1,3 % enregistré au deuxième trimestre de 2021. Et la raison de ce creux est liée à un léger ralentissement des activités agricoles dans certaines parties du pays en raison de la sécurité. La croissance de l’agriculture qui est signalée au cours de ce trimestre est en grande partie due à la production agricole”, a-t-elle déclaré.

La ministre des finances a également déclaré que les mesures prises par le gouvernement pour contenir la pandémie de COVID-19 ainsi que la mise en œuvre stricte de ses politiques fiscales ont contribué à améliorer l’économie.

“Ainsi, les facteurs qui sont responsables de cette croissance comprennent l’engagement du gouvernement à continuer à contenir la pandémie de COVID-19, ainsi que la mise en œuvre de mesures fiscales et monétaires pour soutenir les entreprises contenues dans le plan de durabilité économique.

“Cela inclut l’amélioration que nous avons constatée dans le secteur du transport ferroviaire, des pipelines, du transport aérien, du transport routier, ainsi que du transport maritime. Cela inclut l’amélioration du transport et de la libre circulation des personnes et des marchandises, car les mesures de confinement ont été réellement améliorées”, a indiqué M. Ahmed.

Ahmed a noté que le plan de diversification du gouvernement a été très réussi, prouvant que le pays ne peut pas continuer à dépendre uniquement du pétrole.

“La croissance de l’industrie a été constante, mais nous avons constaté un léger ralentissement par rapport au dernier trimestre de 2021 et la contraction de l’industrie est due aux mauvaises performances des secteurs du pétrole brut et du gaz naturel, de l’extraction du charbon, des carrières, des minéraux ainsi que du raffinage du pétrole.

“Le rapport sur le PIB du troisième trimestre indique que la contribution du secteur pétrolier au PIB s’élève aujourd’hui à 7,49 %, tandis que la contribution du secteur non pétrolier au PIB est de 2,51 %. Cela indique que l’économie nigériane est vraiment très diversifiée, le secteur pétrolier ne contribuant qu’à hauteur de 7,49 %”, a-t-elle ajouté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.