Take a fresh look at your lifestyle.
indepebdence

Le secteur des télécommunications au Nigeria, moteur de la croissance économique

Article de Na’ankwat Dariem

41

Au Nigeria, l’activité de télécommunication a débuté en 1886.

Le gouvernement colonial britannique de l’époque avait besoin de se connecter avec d’autres administrations coloniales au Ghana, en Sierra Leone, en Gambie et avec sa base en Angleterre. En 1893, les bureaux coloniaux de Lagos, Jebba et Ilorin, tous situés au Nigeria, étaient équipés de services téléphoniques.

En 1952, le développement des services téléphoniques fixes s’est poursuivi, avec des lignes téléphoniques intérieures entre Ibadan et Lagos qui ont également été étendues à d’autres villes nigérianes, mais, c’était la connexion entre les États du pays et son centre colonial de Londres.

Cela a conduit à l’installation de lignes téléphoniques, reliant le célèbre centre commercial à Jebba, Ilorin, Calabar, Ibadan et d’autres régions du Nigeria. Le pays a créé la Nigerian External Telecommunications Limited et a continué à développer différentes entreprises de télécommunications.

En 1985, la Nigeria Telecommunications Limited, NITEL, est créée. Elle est entièrement détenue par le gouvernement et se voit accorder le statut de monopole dans le secteur des communications.

La déréglementation du secteur a annoncé la création de la Commission nigériane des communications (NCC), comme le stipule le décret 75 de 1992. Le décret portant création de la NCC a contribué à la libéralisation des équipements terminaux et a laissé place à la concurrence et à la participation du secteur privé.

Cela a modifié la structure de communication du Nigeria, conduisant à la privatisation du monopole d’État, NITEL, et à l’octroi de licences aux opérateurs privés, et finalement à l’émergence d’une nouvelle ère de télécommunications.

Il convient de noter que le Nigeria a dépassé le taux de pénétration du haut débit de 30 % en décembre 2018, dans le cadre du premier plan national pour le haut débit du Nigeria (NNBP), qui s’étendait de 2013 à 2018. En 2020, le Nigéria a présenté un deuxième plan national pour le haut débit (2010-2025), ayant un objectif de 70 % de pénétration du haut débit.

Il est certain que le haut débit est devenu le développement le plus critique des infrastructures dans une économie moderne. Le secteur des télécommunications joue également le rôle de pivot et de catalyseur qui propulse la transformation socio-économique et la croissance des économies des nations.

Le Nigeria a maintenu son cap dans cette course et a veillé à ne pas être distancé par d’autres pays dans le développement des TIC. Par exemple, au cours des dix dernières années, les TIC ont poursuivi une trajectoire de croissance régulière et sont devenues un moteur important du PIB du pays, dépassant à un moment donné le pilier de l’économie, le pétrole, qui est resté la première source de revenus à ce jour.

Il n’est pas étonnant que le gouvernement nigérian, conscient des avantages des TIC, ait créé un ministère chargé de la communication et de l’économie numérique afin d’accélérer le développement et les avantages du secteur.

Selon les statistiques obtenues auprès de la NCC, la contribution des télécommunications au PIB était de 7,7 % en 2012, mais ce chiffre a doublé pour atteindre 14,3 % au deuxième trimestre de 2020. Cela représente une croissance de 2,3 mille milliards de nairas, alors que la contribution totale des technologies de l’information et des communications (TIC) au PIB était de 17,5 pour cent.

Le rapport actuel du Bureau national des statistiques (BNS) montre que le secteur des TIC contribue à hauteur de 17,92 % au PIB. Ce chiffre est supérieur de 20,54 % à sa contribution en 2020 et au trimestre précédent, qui était de 14,91 %. Il s’agit d’un chiffre sans précédent et, en fait, de la contribution la plus élevée des TIC au PIB de la nation.

En 2021, on estime à 101,72 millions le nombre d’utilisateurs de l’internet mobile au Nigeria. Ce chiffre devrait passer à 142,73 millions à la fin de 2026.

Ce rapport sur le PIB a montré à quel point le secteur des TIC est essentiel à la croissance de l’économie numérique du pays et, par extension, à l’économie générale. En effet, le secteur des télécommunications a aidé l’économie nigériane de nombreuses façons, notamment en améliorant les interactions sociales, en augmentant le PIB, en augmentant la productivité, en réduisant les écarts d’accès entre les zones rurales et urbaines, en faisant émerger de nouveaux services et de nouvelles industries, en créant des emplois directs et en estompant les frontières des identités sociales.

Le Nigeria va dans la bonne direction avec des politiques telles que le National Broadband Plan, NNBP 2020-2025, et la National Digital Economic Policy and Strategy 2020-2030, du gouvernement nigérian.

Pour assurer une croissance durable de l’industrie des télécommunications, le secteur a besoin d’une réforme sur la façon de réglementer et de promouvoir non seulement la qualité et la fiabilité des services internet, mais aussi de contrôler les mauvaises pratiques des opérateurs.

Il est également nécessaire que le gouvernement fournisse un environnement opérationnel au secteur pour créer plus de valeurs, ce qui se traduira par l’augmentation de la contribution au PIB et la création d’emplois.

Si tout un chacun s’unit, le secteur des télécommunications continuera à être le moteur de la croissance économique du Nigeria.

Article de Na’ankwat Dariem; Traduction faite par Mourtada Nanzif Adékounlé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.