Take a fresh look at your lifestyle.
indepebdence

Le développement des infrastuctures au Nigeria et la nécessité de la participation des acteurs du secteur privé

Article de Shiktra Shalangwa

44

L’investissement dans les infrastructures durables joue un rôle crucial dans le développement économique et sociétal global. Il apporte une contribution indispensable à la mise en place de conditions économiques, sociales et environnementales plus inclusives, susceptibles d’encourager la croissance.

Les actions politiques mondiales visent à la fois à promouvoir des niveaux plus élevés d’investissement dans les infrastructures pour une croissance durable et à maximiser leurs avantages à long terme pour la société.

Les pays peuvent être classés comme pays développés ou en voie de développement en fonction du produit intérieur brut ou du revenu national brut par habitant, du niveau d’industrialisation, du niveau de vie général et de la quantité d’infrastructures technologiques, parmi plusieurs autres facteurs potentiels.

Le Nigeria souffre d’un déficit d’infrastructures, d’où la nécessité urgente de mobiliser les capitaux du secteur privé de diverses manières. Cela inclut la création de véhicules spéciaux pour le financement de projets et le développement de partenariats public-privé (PPP) et d’investissements.

Le déficit d’infrastructures du Nigeria est estimé à 100 milliards de dollars par an, soit 189,77 % de plus que le budget fédéral de 2021. Le secteur privé est plus efficace et a montré au fil des ans qu’il garantissait une livraison de qualité des infrastructures dans le pays.

Par conséquent, la collaboration du secteur privé avec le gouvernement permettrait d’améliorer les investissements pour le développement des infrastructures dans le pays.

Les opérateurs du marché des capitaux d’emprunt ont également souligné la nécessité pour le gouvernement d’accroître la participation du secteur privé au développement des infrastructures du Nigeria. Alors que le gouvernement continue de communiquer son engagement à investir davantage dans les infrastructures du pays, le rôle du secteur privé permettra de s’assurer que les capitaux nécessaires sont canalisés vers les domaines extrêmement vitaux. Cela devrait à son tour stimuler la croissance et le développement nationaux tant attendus.

Les investisseurs privés sont toutefois confrontés aux défis d’un cadre réglementaire insuffisant et à l’incapacité du secteur public à respecter les accords contractuels. Ces facteurs ont réduit l’intérêt des PPP au Nigeria. Bien que le secteur privé soit chargé d’exécuter les projets, le secteur public a l’obligation de surveiller correctement le processus de mise en œuvre.

En l’absence d’un examen et d’une compréhension approfondis des contrats et de leurs implications inhérentes, il est difficile pour le secteur public d’assurer le suivi des contrats.

Certains projets ont échoué et environ six ont été suspendus car les investisseurs n’étaient pas en mesure de respecter les contrats. Neuf projets ratés ont sapé la dynamique de développement des infrastructures du gouvernement nigérian et ont constitué un élément dissuasif pour la participation des investisseurs privés aux PPP.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de réussite enregistrée par les PPP. Il y en a beaucoup, comme dans le secteur des transports, les chemins de fer pour être précis. Le gouvernement nigérian a déjà établi un partenariat avec la Chine, par l’intermédiaire de la China Civil and Engineering Construction Company, pour la réalisation de projets ferroviaires dans le pays. D’énormes succès ont déjà été enregistrés.

Sur l’une des routes – l’autoroute Kaduna-Abuja – 130 millions de naira de revenus mensuels sont générés. La ligne Itakpe-Warri, qui assure également des services de transport de marchandises, a permis de créer des emplois aux Nigérians et de faciliter les affaires le long de la ligne. La voie Lagos-Ibadan devrait générer au moins 1,12 milliard de naira par an.

La Commission de réglementation des concessions d’infrastructure, qui est l’organisme de réglementation chargé de la mise en œuvre du cadre PPP pour le développement des infrastructures au Nigeria, compte environ 76 projets PPP en cours d’exécution, dont le projet de port en eau profonde de Bonny récemment approuvé, les projets d’usines de chaussures et de vêtements du Nigerian Correctional Service (NCS) et le projet de parc industriel de Port Harcourt.

Il ne reste plus qu’à réorganiser le cadre réglementaire des PPP nigérians afin d’attirer davantage d’investissements dans le développement des infrastructures au Nigeria.

Bien que le secteur privé soit responsable de la mise en œuvre des projets PPP, le secteur public doit être davantage impliqué, notamment dans les études préliminaires et les évaluations des projets, afin de bien appréhender les exigences.

Parmi les autres questions à traiter, citons un meilleur engagement envers les termes des contrats, des évaluations préliminaires et des études de faisabilité plus détaillées, qui mettent en évidence la nécessité d’impliquer des professionnels bien formés et expérimentés dans l’élaboration des contrats PPP, ainsi qu’une gestion appropriée des troubles sociaux et des questions de sécurité.

Une fois que les conditions nécessaires à l’efficacité des PPP seront en place, le déficit d’infrastructures du pays appartiendra définitivement au passé.

Article de Shiktra Shalangwa; Traduction faite par Mourtada Nanzif Adékounlé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.