Take a fresh look at your lifestyle.

Le Nigéria prévoit une croissance annuelle des recettes de 5 % grâce à la VREG

29

Le ministère fédéral des finances, du budget et de la planification nationale a prévu une augmentation de cinq pour cent des recettes annuelles du pays grâce au nouveau registre national des véhicules (VREG).

Le VREG, selon le gouvernement, fournira plus d’informations sur l’historique de tout véhicule circulant dans les grandes villes et sur les routes du pays.

Le directeur de l’information du ministère fédéral des finances, M. Charlse Nwodo, lors du séminaire zonal du ministère à Lagos ce week-end, a intimé que la mise en œuvre du VREG augmenterait les recettes du gouvernement.

Cette nouvelle initiative permettra également aux agences gouvernementales de suivre à la trace tout véhicule volé, où qu’il soit.

Le ministère fédéral des finances, en collaboration avec la douane nigériane (NCS), a commencé en avril dernier à créer une base de données pour les véhicules importés afin de lutter contre l’évasion et le vol des droits d’importation.

Le VREG, selon des sources gouvernementales, apporterait une solution à la menace de l’évasion des droits de douane, du vol de véhicules et des crimes liés aux véhicules, ainsi qu’à l’inefficacité de la couverture d’assurance des véhicules, entre autres, en raison de l’absence d’un système national centralisé d’information sur les véhicules.

D’après Nwodo, l’idée derrière le programme est d’expliquer aux agences gouvernementales concernées la nécessité d’avoir un guichet unique pour l’enregistrement des véhicules.

“L’événement d’aujourd’hui fait date dans le sens où il va générer d’énormes revenus pour le gouvernement. Il va également permettre de contrôler l’afflux de véhicules dans le pays, notamment les véhicules volés. Si nous y parvenons, nous serons en mesure de retrouver les véhicules volés. Il aidera également le gouvernement et les particuliers à connaître l’historique de tout véhicule circulant sur les routes du pays. Le gouvernement pourra savoir si un véhicule est un véhicule accidenté. Le VREG sera en mesure de fournir ces informations et bien d’autres détails sur la sécurité de tout véhicule”, a-t-il expliqué.

Le commissaire aux transports de l’État de Lagos, Frederic Oladeinde, qui s’est également exprimé lors de l’événement, a détaillé qu’environ trois millions de véhicules circulent sur les routes de l’État et que de nombreux crimes sont commis avec certains de ces véhicules.

Selon Oladeinde, la plupart des personnes qui commettent des crimes n’ont pas d’adresse fixe.

“Outre l’augmentation des revenus de l’État, nous considérons également cette initiative comme un moyen de réduire la criminalité et de garantir la sécurité des Lagosiens.

“Cela nous fournirait également des données valables sur la manière de développer les infrastructures routières. Il nous aidera à harmoniser les données entre les différentes agences gouvernementales. Chaque agence dispose de données que nous n’avons pas été en mesure d’harmoniser dans l’intérêt du pays. Par-dessus tout, le gouvernement saura qui possède un véhicule particulier et à quoi il sert”, a-t-il fait remarqué.

Il a enfin exhorté les Nigérians à veiller à ce que leurs véhicules soient enregistrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.