Take a fresh look at your lifestyle.

La FCTA annonce la révocation des parcelles non aménagées à Abuja

183

L’autorité de l’Administration du Territoire de la Capitale Fédérale du Nigéria, FCT, a conclu des modalités pour révoquer les parcelles de terrain non développées dans les zones desservies attribuées aux individus et aux organisations corporatives.

L’administration a également promis de commencer à révoquer les parcelles allouées à divers promoteurs dans le cadre du programme de logement de masse, mais qui restent inexploitées depuis que les allocations ont été faites.

Il s’agit d’une déclaration signée par le directeur, information et service clientèle, (AGIS/Lands), Malam Muhammad Hazat Sule, et mise à la disposition des journalistes à Abuja.

Malam Sule a expliqué que cette action est devenue nécessaire parce que le gouvernement a dépensé d’énormes sommes d’argent dans la fourniture d’infrastructures de base dans ces zones et ne permettra pas qu’elles restent inutilisées. Il a révélé que l’administration a déjà fait l’inventaire des parcelles développées et non développées, y compris les logements de masse dans le territoire de la capitale fédérale et qu’elle agira bientôt en révoquant les titres non développés et en les réattribuant à des développeurs sérieux.

Il a indiqué que certaines de ces parcelles ont été attribuées dans le territoire de la capitale fédérale depuis très longtemps à des fins différentes, notamment résidentielles privées, commerciales, ainsi que pour des logements de masse, avec des conditions que certains aménageurs n’ont pas respectées.

Selon lui, “certains de ces documents d’attribution ont été conservés dans des porte-documents sans tenir compte des conditions et/ou du protocole d’accord (MOU) signé avec le gouvernement”.

Il a regretté qu’en ne développant pas ces énormes parcelles de terrain qui leur ont été attribuées conformément aux conditions d’attribution et au protocole d’accord conclu avec le gouvernement, les promoteurs défaillants ont refusé l’accès à des logements abordables à des milliers de résidents qui souhaitent posséder des maisons dans le FCT.

M. Sule a expliqué que, par exemple, l’administration du FCT a mis au point le concept de logement de masse afin de combler le manque de logements et de répondre aux besoins des résidents.

“Il est nécessaire de rappeler à tous ceux qui ont reçu de telles allocations de faire le nécessaire, car l’administration du FCT a, par le passé, alloué d’énormes parcelles de terrain dans divers districts pour des projets de logements de masse dans tout le territoire. Mais malheureusement, certains de ces attributaires ne les ont pas encore aménagés.”

“En conséquence, la FCTA a effectué plusieurs sensibilisations à la fois dans la presse écrite et dans les médias électroniques pour qu’ils soient réactifs en les développant conformément aux termes des allocations, mais certains des développeurs sont restés inflexibles”, a ajouté M. Sule.

Il a toutefois appelé les attributaires de parcelles de logement de masse dans le Territoire de la capitale fédérale qui les ont aménagées à soumettre les noms de leurs abonnés ou bénéficiaires au Système d’information géographique d’Abuja (AGIS) et au Département d’administration foncière pour la documentation nécessaire et la délivrance ultérieure de droits d’occupation et de certificats d’occupation qui seraient bancables.

Le directeur a réaffirmé que “c’est dans cette optique que l’administration du FCT a récemment lancé le programme de réémission accélérée des titres de propriété des conseils régionaux et des sections (AACSTRIS) afin de mettre en œuvre cette politique importante”.

M. Sule a profité de l’occasion pour féliciter quelques-uns des promoteurs de logements collectifs qui ont respecté les termes de l’accord conclu avec les autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.