Take a fresh look at your lifestyle.

La tablette de la connaissance fait son retour dans les écoles d’Osun en fanfare

44

Le commissaire chargé de l’éducation de l’État d’Osun a déclaré que le célèbre Tableau de la connaissance, populairement appelé Opon Imo, qui avait été retiré aux élèves des écoles secondaires supérieures, sera bientôt réintroduit en grande pompe.

Folorunsho Bamisayemi a annoncé cette nouvelle lors d’un entretien avec des journalistes à Osogbo, la capitale de l’État.

Il a indiqué que le populaire Opon Imo, qui a reçu de nombreux éloges à travers le monde en tant qu’innovation TIC phénoménale dans les écoles, n’a été retiré que temporairement pour être remis à neuf et amélioré.

Bamisayemi a ajouté que les tablettes ont été retirées pour permettre à l’État de développer une politique globale et solide en matière de technologies de l’information et de la communication dans le secteur de l’éducation.

Il a noté que l’Opon Imo a dû être retiré parce que l’État n’avait pas de politique en matière de TIC dans le secteur de l’éducation avant son introduction dans les écoles, d’où son utilisation inefficace.

“Nous n’avons pas abandonné l’Opon Imo, nous l’avons seulement mis au repos pendant un certain temps en attendant d’avoir une politique TIC bien structurée sur l’éducation.

Les équipements TIC, et Opon Imo en particulier, seront réintroduits et retravaillés pour en faire un équipement d’enseignement numérique, audio et vidéo qui n’aura pas besoin d’Internet pour fonctionner”, a-t-il révélé.

Le commissaire a noté que certaines des installations TIC étaient en jachère depuis 2010, car les enseignants et les étudiants n’avaient pas les capacités requises.

“Il n’y avait pas de politique des TIC dans l’éducation dans l’État d’Osun, Opon Imo venait d’être introduit, les enseignants ne savaient pas quoi en faire, tout comme les étudiants ne connaissaient pas l’étendue de son utilité. Mais dans la nouvelle politique, au-delà d’Opon Imo, nous aurons des tableaux numériques et autres.

“Nous avons également découvert que certains directeurs dans les écoles publiques ont enfermé les équipements TIC dans 77 écoles entre 2010 et 2014. Certaines écoles ont 200 ordinateurs portables, 300 tablettes avec des centrales et des bâtiments TIC. Mais parce qu’ils ne savent pas quoi en faire. Ils n’utilisent le générateur que dans le bureau du directeur.

“Encore une fois, certaines écoles ont reçu 2 millions de gigaoctets d’accès à Internet, mais ils ont expiré et ont été gaspillés parce que, d’une part, il n’y avait pas de politique TIC sur l’éducation en place, et d’autre part, parce que les enseignants ne savaient pas quoi en faire. D’où la nécessité d’une politique solide qui aborde tous ces domaines thématiques dans les TIC”, a-t-il expliqué.

Le commissaire a maintenu que le ministère travaillait sur une politique en matière de TIC qui garantirait la formation adéquate des enseignants afin de les doter des compétences nécessaires pour gérer les tablettes et autres équipements et centres de TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.