Take a fresh look at your lifestyle.

“Nous devons éliminer le VIH/sida d’ici 2030” (le président Buhari)

Timothy Choji nous a relaté les faits depuis la présiddence

40

Le président Muhammadu Buhari appelle à une action mondiale et renouvelée pour s’attaquer de manière décisive à l’épidémie du virus de l’immunodéficience humaine/syndrome (VIH/sida) dans la région africaine et éliminer la maladie d’ici 2030.

Déclaration faite par le président dans un message vidéo adressé à la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) sur le VIH/sida.

La réunion a permis d’examiner les progrès réalisés par rapport à l’engagement de mettre fin à cette maladie mortelle d’ici 2030 et de formuler des recommandations pour guider et suivre la réponse des pays.

Le dirigeant nigérian a promis l’engagement total de son pays en faveur des objectifs de développement durable (ODD) et d’autres initiatives internationales et régionales visant à éliminer le VIH et le sida dans le monde dans le délai fixé, a noté le président Buhari :

“Nous continuerons à travailler avec les autres chefs d’État et de gouvernement du continent pour garantir un engagement politique soutenu de haut niveau dans la réalisation de ces objectifs.

“Je tiens à réaffirmer le soutien total du gouvernement nigérian à une position africaine commune claire et ambitieuse et à une nouvelle déclaration politique qui peuvent contribuer à réduire la menace du VIH/sida pour la santé publique, à renforcer la résilience pour mettre fin à la maladie et à faire face aux urgences sanitaires actuelles et futures.

“Nous nous engageons en outre à traduire de toute urgence toutes les déclarations politiques nouvelles et convenues en actions nationales, afin de lutter de manière décisive contre l’épidémie de VIH dans la région africaine.

Informant la réunion de la riposte du Nigeria pour contrôler la maladie, le numéro un nigérian s’est réjoui du fait que le pays “soit passé d’un pays pauvre en termes de données à un pays riche grâce aux résultats de la plus grande enquête sur les indicateurs et l’impact du sida, menée en 2018.”

Le résultat de cette enquête, a-t-il ajouté, a permis au Nigeria de fixer des objectifs réalistes et d’identifier ceux qui ne bénéficiaient pas des services nécessaires.

“Cela a en outre permis au Nigeria, grâce au soutien du gouvernement des États-Unis, du Fonds mondial, de la société civile et d’autres partenaires, d’inscrire près de 1,5 million de Nigérians à un traitement anti-VIH salvateur”.

“Nous avons enregistré une croissance énorme dans notre programme de traitement. Surtout au cours des deux dernières années”, a poursuivi le président.

Le président Buhari a ainsi révélé à la réunion à laquelle participaient des chefs d’État et de gouvernement, des ministres et des diplomates que le Nigéria avait tenu l’engagement qu’il avait pris lors de la réunion de haut niveau organisée en marge de la 72e session de l’AGNU en septembre 2017, de commencer à positionner 50 000 Nigérians vivant avec le VIH sous traitement chaque année, en utilisant les ressources nationales.

“En outre, j’ai personnellement accordé une dérogation exceptionnelle pour l’utilisation d’appels d’offres internationaux concurrentiels afin d’acheter des médicaments antirétroviraux à un rapport coût-efficacité supérieur à 30 %, ce qui permet de placer davantage de Nigérians sous traitement antirétroviral salvateur avec le même budget”, a-t-il réitéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.