Take a fresh look at your lifestyle.

Suspension des vitres teintées : la police nigériane adopte une stratégie pour réduire la criminalité

34

La police nigériane déclare que dorénavant, l’émission de numéros de plaques d’espionnage et de permis de vitres teintées est suspendue.

L’inspecteur général de la police, l’IGP Usman Alkali, l’a fait savoir lors d’une conférence avec les commissaires de police à Abuja, en précisant que les autorisations existantes sont en cours de révision et qu’un protocole visant à réglementer la délivrance de ces permis sera élaboré.

Alkali a indiqué qu’en temps voulu, un mécanisme d’application qui mettra en œuvre le processus standardisé de délivrance des plaques d’immatriculation SPY et des verres teintés sera mis en œuvre dans tout le pays.

La police nigériane travaillera en étroite collaboration avec la direction de la Commission fédérale de sécurité routière à cet égard.

L’IGP Alkali a noté qu’une tendance émergente dans laquelle certains automobilistes recouvrent leurs plaques d’immatriculation a également été remarquée dans le pays. Cette pratique entrave les opérations d’application de la loi et est donc intolérable.

Par conséquent, les commissaires de police sont chargés d’arrêter, dans le cadre de leurs opérations, tout automobiliste impliqué dans cet acte.

Le chef de la police prévient que «tous les commissaires de police du pays doivent revoir et renforcer la sécurité autour de tous les quartiers généraux et autres postes de police de leur juridiction afin de dissuader ou de repousser toute tentative d’attaque de ces installations.

Les biens de la police nigériane sont des biens essentiels à la sécurité nationale qui doivent être défendus contre les insurgés et les pyromanes, comme le prévoit la section 33, sous-partie 2 (a-c) de la Constitution nigériane».

Il a indiqué que les barrages routiers en tant que modèle de maintien de l’ordre devenaient obsolètes et inacceptables. C’est pourquoi la police s’efforce d’améliorer les capacités de maintien de l’ordre fondées sur le renseignement et la technologie, et de renforcer le programme de patrouilles motorisées Safer Highway comme alternative aux barrages routiers.

Limiter la liberté des citoyens

Il a donc demandé que les déploiements au sein des commandements soient revus et que les opérations soient alignées sur cette nouvelle approche de la police qui décourage la tendance à limiter la liberté des citoyens par des barrages routiers, connus pour être des voies de corruption et d’autres vices qui élargissent le fossé de confiance entre les citoyens et la police.

L’escouade X et l’unité de surveillance ont été chargées de lancer une opération spéciale à travers le pays pour faire appliquer cette directive.

L’IGP Alkali a révélé que sa tournée des 36 États de la Fédération et du FCT ainsi que des formations de police à travers le pays débutera cette semaine.

Il a déclaré qu’il était impatient de rencontrer le personnel de la police et de s’engager davantage auprès d’eux et des parties prenantes stratégiques au cours de sa mission.

«Un total de cent cinquante-deux (152) victimes d’enlèvement, y compris les étudiants enlevés au Federal College of Forestry Mechanization de Kaduna, ont également été sauvés par la police.

Deux cent trente et une (231) armes à feu assorties et six mille six cent seize (6 616) munitions assorties ont également été récupérées par la police au cours de diverses opérations menées dans tout le pays au cours des deux derniers mois», a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les opérations anti-banditisme, la police, en collaboration avec l’armée, le DSS et les communautés locales, a réussi à arrêter cent soixante-treize (173) bandits présumés, tandis que soixante-huit (68) autres personnes sont mortes lors de rencontres avec la police au cours d’opérations de recherche et de sauvetage au cours des deux derniers mois.

En outre, soixante-sept (67) armes à feu assorties comprenant des fusils AK-47, des fusils à pompe, des fusils fabriqués localement et d’autres armes ont été récupérées auprès des bandits au cours de la même période.

Repousser les attaques

En ce qui concerne les opérations anti-séparatistes dans le Sud-Est et dans certaines parties du Sud-Sud, le lancement de l’opération spéciale baptisée “Operation Restore Peace” (opération RP) à Enugu (pour le théâtre d’opérations du Sud-Est) le mardi 18 mai 2021 et à Port Harcourt (pour le théâtre d’opérations du Sud-Sud le mercredi 19 mai 2021) a permis de renforcer la capacité à repousser les attaques des sécessionnistes.

L’opération devait également entreprendre des opérations proactives visant à interrompre leurs campagnes armées déstabilisantes et en vue de restaurer l’ordre constitutionnel.

En conséquence, nous avons enregistré les succès suivants contre les séparatistes ces derniers temps :

i. L’abattage du commandant général des opérations de l’IPOB/ESN dans le Sud-Est, connu sous le nom de “commandant Ikonson”, et de son adjoint, au cours d’opérations distinctes menées conjointement avec l’armée et le DSS. Six suspects de l’IPOB/ESN ont également été neutralisés tandis que deux (2) autres ont été arrêtés et plusieurs armes et munitions ainsi que des breloques ont été récupérées au cours de l’opération.

  1. Repoussement des attaques de l’IPOB sur le siège de la Zone 13, Ukpo Dunukofia, Awka, État d’Anambra, et récupération d’armes. Mise en échec de l’attaque de l’IPOB contre la division de police d’Adani, dans la région d’Ozuani, dans l’État d’Enugu.
  2. L’opération a permis de déjouer l’attaque de l’IPOB/ESN dans le quartier général de la région d’Orlu, au cours de laquelle neuf (9) combattants de l’IPOB/ESN ont été tués et un (1) a été arrêté vivant. Au cours de l’opération, cinq (5) armes d’assaut, des breloques assorties et leurs cinq (5) véhicules opérationnels ont été récupérés.
  3. Déjouer l’attaque de l’IPOB/ESN sur le commissariat de police d’Ugbuodo, dans l’État d’Ebonyi, le 22 mai 2021, un combattant de l’IPOB/ESN a ete abattu et des armes à feu ont été récupérées.
  4. Repoussement d’une attaque de l’IPOB/ESN sur le commissariat de police de la division B, à Awka, dans l’État d’Anambra, le 23 mai 2021, au cours de laquelle l’un des attaquants a été tué, un (1) fusil AK47, neuf (9) fusils à pompe et les trois véhicules opérationnels des attaquants ont été récupérés, plusieurs d’entre eux s’en étant sortis avec des blessures par balle.

ii. L’exploitation de renseignements ayant conduit à l’arrestation de deux soldats licenciés qui fournissaient une formation et des tactiques militaires aux combattants de l’IPOB/ESN. Il s’agit des caporaux Godswill Igwe et Livinus Owalum Barnabas. Ils ont été recrutés par l’IPOB/ESN et ont formé les combattants sécessionnistes dans leurs camps d’entraînement forestiers dans les États d’Abia et de Delta avant leur arrestation et la destruction de leurs camps lors d’une opération menée par la police.

iii. Arrestation de Christian Kalu, commandant de l’IPOB/ESN, qui a avoué avoir dirigé des opérations impliquant le meurtre de onze (11) membres de la police, de l’armée de l’air et des douanes à Port Harcourt.

  1. Arrestation, sur la base de renseignements, d’un certain Prince Tobechi Ononiwu, un commanditaire majeur de l’IPOB basé en Californie (États-Unis). Il est originaire de Ehime Mbano LGA Imo State.
  2. Arrestation de quarante-quatre (44) suspects de l’IPOB/ESN ayant des liens avérés avec les récentes attaques contre le personnel et les installations de la police ainsi que d’autres agents et installations de sécurité dans les régions du sud-est et du sud-sud du pays.
  3. Les opérations anti-séparatistes ont également permis de récupérer une (1) mitrailleuse d’usage général (GPMG), dix (10) fusils AK-47, quatre (4) fusils à pompe, neuf (9) autres fusils sophistiqués de fabrication locale, quatre (4) pistolets de fabrication locale, dix-neuf (19) chargeurs AK-4 7, cinq cent quarante-neuf (549) munitions réelles de 7,62 mm et dix (10) dispositifs explosifs improvisés (IED),

Par ailleurs, le 29 avril 2021, sur la base de renseignements, la police du commandement de l’État d’Ebonyi a également mené une importante opération anti-séparatistes à Onueke, Ezza North LGA de l’État.

L’opération visait un sanctuaire qui servait de cachette et de base opérationnelle à l’IPOB. À la fin de l’opération, deux (2) combattants de l’IPOB/ESN ont été neutralisés, deux (2) autres ont été arrêtés, tandis que plusieurs autres s’en sont sortis avec des blessures par balle.

Le sanctuaire/camp a également été détruit, tandis que trois (3) fusils AK47, cinq (5) fusils à pompe, quatre (4) pistolets fabriqués localement, plusieurs breloques et des logos IPOB ont été récupérés.

Le même jour, sur la base de renseignements, les agents de police sous couverture ont intercepté un bus transportant des armes de gros calibre et des munitions d’Abakaliki à Umuahia.

Lors de la fouille du véhicule, sept cent cinquante-trois (753) munitions réelles GPMG, deux (2) fusils AK 47, cinq (5) fusils à pompe et six (6) pistolets ont été récupérés. Les articles récupérés étaient distribués pour alimenter la campagne sécessionniste dans la zone.

Il a également déclaré que le commandement de la police de l’État d’Imo, avec le soutien de l’armée et d’autres agences de sécurité, a réussi à repousser une tentative d’attaque du siège du commandement par des membres de l’IPOB/ESN.

Au cours de l’opération, cinq (5) des attaquants, dont Joseph Uka Nnachi (alias “Dragon”) et son second, tous deux commandants de l’IPOB/ESN, responsables d’une série d’attaques mortelles contre des agents de sécurité dans le Sud-Est, ont été neutralisés, tandis qu’un (1) a été arrêté vivant.

L’opération de suivi a permis de sauver un policier qui était retenu en otage depuis plusieurs semaines par le groupe hors-la-loi. Les objets récupérés au cours de l’opération comprennent quatre (4) fusils AK 47 volés au cours des récentes attaques contre le personnel et les installations de la police, six (6) engins explosifs improvisés (EEI), sept (7) chargeurs AK 47, plus de deux mille (2 000) cartouches à balles réelles et deux véhicules opérationnels des attaquants.

En outre, à la suite d’une opération de renseignement, une équipe d’opérations spéciales de la police a surveillé et réussi à arrêter un syndicat criminel de sept hommes spécialisé dans la fabrication locale de fusils AK 47 et de munitions. Le syndicat, dont l’enclave de fabrication locale se trouve à Jos, dans l’État du Plateau, où il a été arrêté, fabriquait localement les fusils d’assaut et les munitions qu’il fournissait aux bandits et autres éléments criminels opérant le long des voies express Kaduna-Abuja et Funtua-Kankara. Les objets récupérés comprenaient huit (8) fusils AK 47 de fabrication locale, onze (11) chargeurs AK 47, un pistolet, huit (8) mégots d’armes à feu et une grande quantité de munitions.

Toutes ces réalisations majeures sont la preuve évidente de l’amélioration de la capacité opérationnelle et de la faculté de motiver le personnel au service national.

L’IGP a également déclaré que M. le Président est pleinement engagé dans la vision de la restauration de la primauté de la police nigériane et a lancé un certain nombre d’actions présidentielles dans ce sens.

De même, le ministre des affaires de la police et les dirigeants du Fonds d’affectation spéciale de la police nigériane nous soutiennent, notamment en injectant des fonds pour répondre à nos besoins en matière de logistique, d’opérations et de développement des capacités humaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.