Take a fresh look at your lifestyle.

Rencontre officielle du président Buhari avec le nouveau chef des armées

Réaction recueillie par Timthy Choji à la présidence

35

Le président Muhammadu Buhari a rencontré lundi le nouveau chef d’état-major des armées, le général de division Farouk Yahaya, le ministre de la Défense, Bashir Magashi, et le chef d’état-major de la défense, le général Lucky Irabo.

S’adressant aux correspondants de la State House, le ministre de la Défense a expliqué qu’il avait profité de l’occasion pour présenter le chef des armées au commandant en chef, le président Buhari.

D’après le ministre, le Président a partagé avec eux son expérience, qu’ils ont l’intention d’utiliser pour relever les défis actuels en matière de sécurité.

D’après ses propres mots : “Ce qui nous a vraiment amenés à la Villa aujourd’hui, c’est de présenter le nouveau chef d’état-major de l’armée de terre, le général de division Farouk Yahaya, qui vient d’être nommé il y a 11 jours, au président, pour obtenir sa bénédiction et ses conseils, et le président a offert des conseils sur la façon dont nous pouvons mener cette opération pour améliorer la sécurité du pays dans son ensemble.

“Étant un acteur sur le terrain dans le passé, il nous a donné une direction dans laquelle nous pouvons apprendre de ses expériences et appliquer cela à notre mode d’opération. Avec cela, nous sommes plus sages aujourd’hui et nous lui avons assuré que nous ferons de notre mieux pour mettre fin au défi sécuritaire dans ce pays.”

La question de la synergie entre les forces armées, a-t-il ajouté, et toutes les agences de sécurité a été adressée lors de la réunion, ajoutant qu’il y aurait de nombreux changements dans la situation sécuritaire du pays.

M. Magashi s’est engagé à collaborer davantage avec la police, qui s’efforce de rétablir la paix dans les régions du pays où se posent des problèmes.

“Dans la région du Nord-ouest, le problème majeur est celui des enlèvements, du banditisme et d’autres formes de criminalité ; nous relevons le défi, mais vous savez, en réalité, c’est une responsabilité constitutionnelle de la police, mais nous lui apportons la coopération maximale afin de mettre fin à l’insécurité dans le nord-ouest.

“Dans le Nord-Est, le scénario est différent, il y a le défi de Boko Haram, lequel est une question idéologique, mais nous sommes à l’œuvre pour nous assurer que nous mettons un terme au problème de Boko Haram, en particulier avec les développements actuels concernant l’État islamique – Province d’Afrique de l’Ouest (ISWAP).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.