Take a fresh look at your lifestyle.

Le Nigeria envisage la peine capitale contre les vandales des chemins ferroviaires

36

Selon le gouvernement nigérian, la peine capitale pourrait être envisager face aux vandales des voies ferrées dans le pays.

Déclaration faite par le ministre des Transports, Rotimi Amaechi, lors d’une réunion publique sur la “protection des infrastructures publiques” à Abuja, au cours de laquelle il a noté que le vandalisme des voies ferrées était un crime capital et que ses conséquences devaient être traitées comme tel.

“Je ne quantifie pas le coût matériel, ce que je quantifie, ce sont les vies qui seront perdues. Imaginez qu’un conducteur d’une voie ferrée conduise et se heurte soudainement à la voie qui a été sectionnée, que se passera-t-il? Elle déraillera.

Au Nigeria, chaque autocar transporte environ 85 passagers, parfois 14 autocars, parfois 20. Imaginez que vous transportez un train de 14 ou 20 autocars, avec 85 passagers dans chaque autocar, s’il déraille, pouvez-vous quantifier le nombre de passagers qui seraient morts à cause d’un homme qui pense gagner de l’argent.

“Donc, il ne s’agit pas du coût, mais des vies qui auraient été perdues à cause de certains intérêts cupides.

“Certaines personnes ont recommandé que, puisque ces gens tuent des gens, si un accident se produit, des gens mourront, alors nous devrions retourner à l’Assemblée nationale et adopter une loi qui ne se contente pas de criminaliser l’action, mais dont la conséquence devrait être la mort.

La prison à vie
Le ministre a également fait remarquer que si le vol à main armée, qu’il soit réussi ou non, est passible de la prison à vie, le vandalisme des voies ferrées ne devrait pas l’être moins.

Selon lui, le vandalisme des voies ferrées se fait en collaboration avec des partenaires étrangers.

“À Jos, ils ont arrêté une société chinoise qui leur a acheté ces voies, et sont allés au tribunal. Le tribunal les a déclarés coupables et les a condamnés à une amende de 200 000 nairas. Il doit y avoir d’autres conséquences, car 200 000 n’est pas suffisant.”

Amaechi a félicité les indigents le long de la voie ferrée Lagos-Ibadan car aucun incident de vandalisme n’a été enregistré le long de la route.

“Lagos et le district de l’ouest ont enregistré un seul incident de vandalisme, le district du Nord-ouest 31, le district du Nord 10, le Nord-est 43, l’Est 36 et le Nord-entre 50.

Abuja-Kaduna en a 13, Warri-Itakpe 2 et Lagos-Ibadan aucun”.

Le ministère et la Nigeria Railway Corporation (NRC), a-ajouté le ministre, s’efforçaient de réduire le taux de vandalisme mais que beaucoup restait à faire.

Le responsable nigérian a aussi désapprouvé le rythme auquel les voies sont transformées en magasins et en restaurants, notamment à Portharcourt et à Lagos.

Il a appelé les contrevenants à renoncer ou à faire face aux sanctions.

“La solution est de les mettre en prison. Il suffit d’adopter une loi et de les mettre en prison. Je suis sûr que si vous poursuivez 15 à 30 personnes en justice, si elles sont reconnues coupables et que vous les mettez en prison, cela dissuadera les autres. Des gens ont saisi nos terres et les ont converties en marché. Nous avons besoin que les gens laissent nos pistes tranquilles pour des raisons de sécurité”, a renchérit M. Amaechi.

Le directeur général du NRC, Fidet Okhiria, a également réitéré la nécessité de pénaliser les vandales des voies ferrées dans le pays afin de déterminer les autres délinquants.

D’après Okhiria : “C’est dangereux, cela peut entraîner la mort de personnes, retarder les opérations et c’est rentable. En raison du vandalisme, nous devons envoyer un train de surveillance avant d’envoyer un train, cela coûte de l’argent de fonctionner dans cet état et dans certaines zones, nous ne sommes pas en mesure de faire circuler un train.

“Ce que nous essayons de faire, c’est de sensibiliser les gens, de faire savoir aux communautés que la propriété du gouvernement leur appartient et de déployer plus de sécurité.

“La meilleure chose à faire est d’assainir nos esprits, en sachant que si vous vandaliser la voie ferrée, vous ne savez pas qui sera affecté. La technologie n’est pas bon marché et je soutiendrai toute sanction susceptible de dissuader ces délinquants.”

La réunion, organisée par le ministère de l’Information, a vu la participation de chefs de communautés, de personnels de sécurité et de diverses parties prenantes, entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.